Sénégal: Ousmane Sonko "déchire" la charte de non-violence suggérée, puis s'explique

24 Novembre 2021

S'exprimant lors d'un point de presse tenue ce mercredi 24 novembre 2021 à Dakar, Ousmane Sonko a réitéré son refus de signer la " charte de non-violence " initiée par le Cadre unitaire de l'islam au Sénégal (Cudis) et la plateforme " Diami rewmi ".

Que les responsables du Cadre unitaire de l'islam au Sénégal (Cudis) ne comptent pas sur le leader de Pastef/Les patriotes pour la signature de leur " projet de charte de non-violence ". S'exprimant ce mercredi 24 novembre 2021, lors d'un point de presse, Ousmane Sonko a réitéré son refus d'adhérer à ce projet.

Pour justifier sa position, l'ancien candidat malheureux arrivé troisième lors de la dernière élection présidentielle dit ne pas vouloir apposer sa signature sur un document, pour éviter d'avoir pieds et poings liés demain, l'empêchant de réagir si Macky Sall viole les lois et règlements du pays ou décide même de confisquer sa victoire, au soir du 23 janvier 2022, que ce soit à Dakar comme à Ziguinchor. Cela, d'autant plus que, estime-t-il toujours, les Imams, initiateurs de cette charte, n'ont aucun pouvoir sur le Président Macky Sall qui n'écoute même pas les Khalifes généraux.

Estimant par ailleurs que tout est prévu par dans la Constitution et les lois et règlements garants de la paix et la stabilité du pays, le candidat investit par la coalition Yewwi Askan Wi pour la commune de Ziguinchor dit ne pas voir l'assurance que peut apporter cette "charte de non-violence " du Cudis et la plateforme " Diami rewmi " à la paix sociale.

Interpellé sur sa présence à la rencontre prévue entre la coalition des leaders de Yewwi askan wi et le Cudis, le leader de Pastef s'est contenté de dire qu'il est parfaitement sur la même position avec ses camarades sur cette question.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X