Algérie: Commerce - La livraison à domicile, un service qui prospère

Alger — Le service de la livraison à domicile des produits achetés en ligne connait une croissance importante en Algérie ces deux dernières années, notamment depuis le début de la pandémie de Covid-19 qui a imposé des restrictions sur l'activité commerciale et la circulation des personnes.

Selon des entreprises de livraison à domicile rencontrées au Salon international du transport et de la logistique "Logistical 2021", qui se déroule au Palais des expositions d'Alger, ce service a percé depuis la crise sanitaire où des opérateurs de l'e-commerce ont fourni via des plateformes numériques des solutions pour faciliter le transport de la marchandise aux clients.

Nassim Fodil, directeur général de Coyote colis express affirme que son entreprise "a beaucoup travaillé" durant le confinement pour répondre à la demande croissante sur les différents produits durant cette période.

Présente au niveau des 58 wilayas, la société effectue en moyenne 30.000 livraisons par an à travers le pays, selon son responsable.

Il a fait savoir que 80 % des clients de son entreprise sont des femmes : "Ce sont généralement des propriétaires de boutique, des couturières et des artisanes qui travaillent à domicile et qui reçoivent les commandes par internet".

L'habillement, chaussures et la literie sont en tête des produits commandés, suivis des produits cosmétiques et d'articles de sport, a-t-il précisé.

Même constat chez Mohamed Amine Berrah, responsable marketing de Yalidine Express, une société spécialisée dans la livraison domestique sur les 58 wilayas via ses 72 agences réparties à travers le territoire national.

"La cadence de notre activité s'est accélérée pendant la crise sanitaire avec la fermeture des grandes surfaces et des magasins", a-t-il affirmé, ajoutant que la livraison dépasse les 10000Il a expliqué que son entreprise qui emploie plus de 500 agents, travaillait avec des boutiques en ligne en leur garantissant la livraison de leur produits mais également avec les particuliers.

De son côté, Anis Oudjida, directeur général de la start-up ECOM Express, soulève le taux de pénétration "faible" du service de payement en ligne qui empêche, selon lui, la fluidité des opérations commerciales.

Malgré les avantages de ce service qui permet de toucher des clients à travers tout le pays, cette activité fait face à de nombreuses contraintes dont le faible déploiement des moyens de paiement électronique.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X