Afrique: CAN TotalEnergies 2021 - Le Cameroun serein

Le Minsep s'est voulu rassurant hier après les inquiétudes exprimées par le SG de la CAF.

" Le Cameroun est et sera prêt ". C'est l'essence du message passé hier, tout au long de la journée, par le ministre des Sports et de l'Education physique, Narcisse Mouelle Kombi, par ailleurs président du Comité local d'organisation de la Coupe d'Afrique des nations (CAN) TotalEnergies 2021. Que ce soit sur les antennes de la CRTV ou lors de sa descente sur le site d'Olembe, Narcisse Mouelle Kombi a tenu à rassurer l'opinion nationale et internationale quant aux capacités du Cameroun à accueillir cet évènement comme prévu du 9 janvier au 6 février 2022.

Il faut dire que les réseaux sociaux sont animés depuis mardi soir par une lettre du secrétaire général de la Confédération africaine de football (CAF), Veron Mosengo-Omba, en date du 17 novembre. Lettre relayant des inquiétudes au sujet de l'organisation de la CAN TotalEnergies 2021. Notamment sur l'évolution des travaux à Olembe, le protocole sanitaire Covid-19, l'état de certaines pelouses ou encore la question des bénévoles. Des inquiétudes qui menaceraient même la tenue de la cérémonie d'ouverture de l'évènement le 9 janvier prochain à Olembe.

" L'hypothèse de la délocalisation de la cérémonie d'ouverture n'est pas envisagée et ne peut être acceptée par le gouvernement camerounais ", a répliqué le Minsep. Narcisse Mouelle Kombi a en effet répondu à ces interpellations par courrier hier, précisant d'emblée que " la correspondance de la CAF est en retard et en décalage par rapport à la réalité concrète sur le terrain ". Les délais contractuels de livraison du complexe d'Olembe sont fixés au 30 novembre et le Cameroun entend bien sûr respecter cette date. La cérémonie d'ouverture du 9 janvier devrait donc se tenir sur l'infrastructure qui a accueilli en septembre dernier le match des éliminatoires de la coupe du monde Qatar 2022 entre le Cameroun et le Malawi.

A moins de 50 jours du début de la compétition, il est question pour le pays hôte de la 33e édition de la CAN de rester serein, au regard des préparatifs engagés et surtout des investissements consentis jusqu'ici. Le tout en assurant des relations saines avec la CAF, les deux parties devant travailler la main dans la main pour la réussite de cette CAN dans laquelle le président de la République, Paul Biya, s'est particulièrement investi.

Qu'on soit clair : le Cameroun tient sa CAN et rien ne peut changer cette réalité. Pour reprendre Patrice Motsepe dans une interview accordée à certains médias récemment : le plan B de la Caf c'est le Cameroun. Le plan C c'est le Cameroun. Le Minsep est annoncé dans les prochaines heures au Caire où une assemblée générale de la CAF est prévue le 26 novembre. L'occasion certainement d'aplanir quelques points d'ombre et d'avancer vers le début de la CAN.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X