Libye: Le Conseil de sécurité réaffirme son soutien aux élections de décembre

NEW YORK (Nations-Unies) - Le Conseil de sécurité des Nations Unies a souligné l'importance d'"un transfert de pouvoir pacifique" à l'issue des prochaines élections prévues en décembre en Libye, réaffirmant son soutien au processus électoral et son engagement fort envers la souveraineté, l'indépendance, l'intégrité territoriale et l'unité nationale du pays.

Dans un communiqué publié mercredi à l'issue de la session consacrée à la situation en Libye, le Conseil de sécurité réitère son soutien aux élections du 24 décembre 2021 selon la feuille de route, issu du dialogue politique libyen et la résolution 2570 (2021).

Tout en réaffirmant son engagement fort envers la souveraineté, l'indépendance, l'intégrité territoriale et l'unité nationale de la Libye, le Conseil de sécurité exprime également son fort soutien pour le rôle important de la Haute Commission des élections nationales (HNEC) dans la conduite de ces élections et félicite les préparations techniques déjà prises. Les membres attendent avec intérêt la formalisation du calendrier électoral complet et de sa mise en œuvre dans un environnement pacifique, lit-on dans le communiqué.

Par la même, ces derniers condamnent toutes les tentatives visant à saper le processus, notamment des efforts visant à réduire la violence et la désinformation ou à inhiber la participation des électeurs. Le Conseil de sécurité rappelle, en outre, que des élections libres, équitables et crédibles permettront au peuple libyen d'élire des institutions représentatives et unifiées parmi tous les acteurs politiques libyens.

Dans le sillage, l'organe onusien appelle les parties prenantes libyennes à prendre des mesures pour accroître la confiance mutuelle et renforcer le consensus d'avance sur les prochaines élections, notamment par le dialogue et la réconciliation nationale et reconnaît le rôle important des bons offices de la mission de soutien des Nations Unies en Libye et de l'Envoyé spécial du Secrétaire général à cet égard.

Aussi, "tous les individus ou entités qui menacent la paix, la stabilité ou la sécurité de la Libye ou obstruèrent ou sapent la réussite de sa transition politique, y compris en obstruant ou en sapant les élections, peuvent subir des sanctions", prévient le Conseil de sécurité de l'ONU.

De même, tous les Etats membres sont de nouveau appelés à respecter l'embargo sur les armes imposé dans la résolution 1970 (2011), modifiée par des résolutions ultérieures.

Par ailleurs, les 15 membres réitèrent leur préoccupation concernant la question des migrants et réfugiés en Libye et rappellent la nécessité de fournir des efforts supplémentaires pour lutter contre le fléau, mettant en avant le rôle important des pays voisins et des organisations régionales dans ce sens.

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X