Afrique: Genre - L'Union africaine lutte contre les violences faites aux femmes et aux filles

Les dirigeants africains s'engagent dans des approches de masculinité positive pour mettre fin au fléau de la violence contre les femmes et les filles en Afrique.

Kinshasa a abrité, le 25 octobre, la première conférence des chefs d'Etat et de gouvernement pour l'élimination des violences faites aux femmes et aux filles.

Pour l'Union africaine (UA), le forum a été l'instant indiqué pour scruter, de fond en comble, les causes qui conduisent aux violences faites aux femmes et aux filles en vue d'atteindre l'élimination de ce fléau à travers des actions et des stratégies concrètes.

Autour du président de l'UA, Félix Tshisekedi, six chefs d'Etat ont rehaussé de leur présence ce forum où il a été essentiellement question de mobiliser l'engagement et de galvaniser l'action des dirigeants pour accélérer la prévention et l'élimination de la violence à l'égard des femmes et des filles en Afrique. Le combat poursuivi est d'éradiquer ce fléau dans toutes les sphères et à tous les niveaux à travers la promotion de la Masculinité positive. Les présidents Macky Sall du Sénégal, Paul Kagame du Rwanda, Denis Sassou N'Guesso de la République du Congo, Nana Akufo Addo du Ghana, et Faure Gnassingbé du Togo ont pris une part active à cette activité de l'UA en partenariat avec l'African Women Leaders Network.

La conférence, qui prône un changement de paradigme à travers la vulgarisation et l'appropriation du concept "Masculinité positive", promeut un militantisme d'hommes favorables et attentifs à l'abolition des attitudes et comportements inégalitaires qui perpétuent les stéréotypes aujourd'hui érigés en obstacles majeurs à l'élimination et à la prévention des (VCFF) avec un impact inter générationnel certain.

L'approche a consisté à impliquer les hommes leaders pour engager d'autres hommes afin d'apporter une contribution-clé au changement des attitudes et à la transformation des inégalités structurelles et institutionnelles qui contribuent aux VCFF. Les assises de Kinshasa se sont clôturées par l'adoption d'une déclaration finale, en guise d'engagement des hommes et particulièrement des illustres participants, contenant des stratégies devant mener aux actions concrètes, afin de mettre fin aux violences faites aux femmes et aux jeunes filles.

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X