Angola: Des maisons confisquées dans des villes-dortoirs en attente d'appel d'offres

Luanda — Le processus de réhabilitation/récupération des logements confisqués par le Gouvernement angolais, en 2020, dans les lotissements KK-5800 (Kilamba) et Vida Pacífica (Zango 0), à Luanda, reste tributaire des étapes de l'appel d'offres public, ouvert en septembre dernier, a appris jeudi l'ANGOP.

Concrètement, il s'agit de plus de trois mille maisons, dans une combinaison d'appartements et de maisons jumelées de typologie T3, saisies par le Service National de Récupération des Actifs, affecté au Bureau du Procureur général de la République (PGR), en février 2020, dans l'urbanisation KK-5800.

A l'époque, outre la saisie de ces maisons, qui sont dans un état avancé de vandalisme, font également partie de la liste 31 bases pour la construction de bâtiments, 194 bases pour la construction de maisons, un chantier naval et quelques terrains adjacents, sur une superficie de 266 hectares.

En revanche, dans l'urbanisation Vida Pacífica, 21 bâtiments ont été identifiés et confisqués (112 appartements T3 et T4), prétendument construits avec des fonds publics.

Actuellement, les maisons KK-5800 et les bâtiments Vida Pacífica sont pour la plupart sans portes, fenêtres, appareils sanitaires et équipements électriques, en raison du vandalisme et du vol qu'ils ont subis avant d'être confisqués et contrôlés par l'État.

D'ailleurs, pour le directeur national de l'Aménagement du Territoire et de l'Habitat, Adérito Mohamed, le processus de réhabilitation de ces maisons suivra toutes les étapes de l'appel d'offres public, qui sera conduit par le Fonds de Développement du Logement (FFH).

Dans une interview à l'ANGOP, le responsable a assuré qu'après la sélection des entreprises qui réhabiliteront les propriétés, les maisons seront remises à l'Institut national du logement (INH), une agence dédiée à la gestion commerciale des logements.

Cependant, outre le vandalisme des maisons de Vida Pacífica et de KK 5800, les projets de logements à Kalawenda (Cazenga), à Luanda, ainsi qu'à Capari (Bengo) ont également été détruits, mais, actuellement ils sont en phase de conclusion de travaux de restauration.

Selon Adérito Mohamed, après l'achèvement des travaux, le secteur prévoit, à partir du premier trimestre 2022, de mettre à la disposition de la population les 368 maisons qui sont en cours de réhabilitation à Kalawenda, ainsi que les maisons à Capari.

Toujours dans le cadre du vandalisme, une bonne partie des maisons de l'urbanisation Marconi, située dans la commune urbaine de Hoji-Ya-Henda, dans la municipalité de Cazenga, ont également été harcelées par des vandales, laissant les maisons sans portes, fenêtres et articles sanitaires.

A ce jour, le pays compte 23 centres (88 mille 924 logements de types différents) achevés, grâce au Programme National d'Urbanisme et de Logement (PNUH), lancé en 2009, dans un univers de 33 centres (19 746 logements) prévu par ce programme.

L'achèvement de ces villes-dortoirs a permis l'hébergement d'environ 120 mille familles. En outre, le pays a également gagné 20 urbanisations (projets de moins de mille maisons).

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X