Angola: Le pays enregistre plus d'un millier de nouveaux cas de cancer par an

Luanda — 1.500 nouveaux cas de cancer sont enregistrés chaque année dans le pays, par l'Institut angolais de lutte contre le cancer (IACC), a annoncé jeudi, à Luanda, le directeur de l'institution, Fernando Miguel.

S'adressant à l'Angop, en marge de l'ouverture de la IVe Conférence scientifique sur " Le cadre actuel et futur de l'IACC ", le responsable a indiqué qu'à partir des données recueillies, il se démarque la prévalence des cancers du sein, du col de l'utérus, de la prostate et de la peau.

Concernant le traitement de la maladie, le responsable a précisé que l'Institut dispose de quatre mécanismes: la radiothérapie, la chimiothérapie, l'hémothérapie et la chirurgie.

Actuellement, l'Institut angolais de lutte contre le cancer (IACC) contrôle environ 6 500 cas de patients atteints de cancer.

Fernando Miguel a également mentionné que la maladie en tant que telle n'est plus un tabou pour la société, en raison des actes constants de diffusion d'informations, ce qui conduit à un diagnostic précoce de la maladie dans certaines circonstances.

Il a également avancé comme causes possibles de l'augmentation des cas de cancer, le changement des usages et des coutumes, avec l'adoption des habitudes occidentales, le tabagisme, l'obésité et l'usage excessif de boissons alcoolisées.

Selon le directeur, il existe une forte collaboration entre l'IACC et d'autres établissements de santé au niveau national pour le suivi des cas de cancer diagnostiqués, puisque la maladie oncologique nécessite une approche multidisciplinaire, prenant en compte les différents angles de diagnostic.

Dans ce contexte, Fernando Miguel justifie que les IVe journées Scientifiques sur "Le cadre actuel et futur de l'IACC", vise à mettre à jour les professionnels en matière scientifique et à améliorer l'efficacité du travail, des infirmiers, psychologues, médecins et techniciens de diagnostic.

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X