Burkina Faso: Le convoi militaire français est reparti vers le Niger

Le président du Niger, Mohamed Bazoum

Le convoi militaire français au trajet perturbé depuis jeudi dernier par des manifestants, a pu reprendre la route. Il devrait entrer au Niger dans les toutes prochaines heures.

Depuis une semaine, le convoi de la force Barkhane stationnait à quelques encablures de Kaya, retranché sur le site d'une société minière, à l'abri d'une enceinte grillagée.

Si le week-end dernier un cordon des forces de l'ordre burkinabè faisait tampon entre les militaires français et les manifestants hostiles à cette présence française, la situation, ces derniers jours, a fini par s'apaiser.

Direction Gao

Les barrages dans Kaya, qui jusque-là empêchaient d'emprunter la route vers le Niger ont, peu à peu, disparu. La nuit dernière, les 90 véhicules chargés de fret, de la force Barkhane, ont donc pu reprendre leur route et traverser l'agglomération sans encombre.

Ce vendredi après-midi, la frontière avec le Niger devrait être franchie, le convoi militaire va donc pouvoir rapidement atteindre son but : Niamey, puis Gao. L'état-major des armées insiste sur le fait que ce retard n'a eu aucune incidence sur la conduite des opérations.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X