Burundi: Célébration des activités de lutte contre les violences faites aux femmes au Burundi - L'OMS Burundi s'associe aux manifestations de Muyinga.

communiqué de presse

" Orangeons le Burundi : agissons immédiatement pour mettre fin aux violences faites aux femmes et aux filles ". Tel est le slogan qui a été choisi cette année pour marquer les cérémonies commémoratives du lancement des 16 jours d'activisme dédiés à la cause des femmes dans le monde entier.

En effet, les violences faites aux femmes constituent une situation de préoccupation majeure qui freine l'évolution de nos pays. Elles se définissent comme : " tous les actes de violence dirigés contre le sexe féminin, et causant ou pouvant causer aux femmes un préjudice ou des souffrances physiques, sexuelles ou psychologiques, y compris la contrainte ou la privation arbitraire de liberté dans la vie publique ou dans la vie privée ". La violence à l'encontre des femmes est aussi et surtout un problème de santé publique et une violation des droits de la femme.

Selon les estimations de l'OMS, 35% des femmes ont été exposées à des violences physiques ou sexuelles au cours de leur vie ; le plus souvent du fait d'un partenaire intime. Ces violences à l'encontre des femmes résultent de plusieurs facteurs opérant aux niveaux individuel, familial et communautaire, et au niveau de la société au sens large. D'autres éléments sont aussi associés à la violence au sein du couple et à la violence sexuelle, il s'agit notamment du faible niveau d'instruction, l'exposition à la violence familiale, les troubles de la personnalité antisociale, l'usage nocif de l'alcool, le faible accès des femmes à un emploi rémunéré, et les grandes disparités entre les sexes. Il y a aussi les mésententes et insatisfactions conjugales, et les problèmes de communication au sein du couple, etc.

Toutes ces violences ont, à court et à long terme, des conséquences graves sur la santé physique, mentale, sexuelle et procréative chez les femmes et une incidence sur le bien-être des enfants.

Par ailleurs, les violences peuvent avoir une issue mortelle (homicide ou suicide, par exemple), causer des traumatismes et des blessures, entraîner des grossesses non désirées, des problèmes gynécologiques et des infections sexuellement transmissibles, dont le VIH. Une étude réalisée en 2013 par l'OMS a montré que les femmes ayant subi des violences physiques ou des abus sexuels étaient 1,5 fois plus exposées au risque d'infections sexuellement transmissibles, que les femmes n'ayant pas subi de violences.

La même étude a montré que les femmes qui subissaient des violences étaient exposées à un risque plus élevé d'accouchements prématurés (41 %). Les violences peuvent aussi entraîner des dépressions, des troubles anxieux, ainsi que des troubles du sommeil.

Pour lutter contre toutes ces violences et leurs conséquences, le rôle du secteur de la santé est plus qu'important à travers une approche multisectorielle pour prévenir et combattre la violence à l'égard des femmes. Il s'agira d'abord de faire prendre conscience à tous du caractère inacceptable de la violence à l'égard des femmes et lui conférer le statut de problème de santé publique.

Ensuite, le secteur de la santé doit offrir des services de qualité aux survivantes, de former les agents de santé pour qu'ils puissent répondre aux besoins des survivantes, de prévenir la résurgence de la violence en détectant au plus tôt les femmes et les enfants qui la subissent, et enfin, il faut promouvoir l'égalité des sexes auprès des jeunes dans le cadre de la transmission de compétences pratiques et de programmes approfondis d'éducation sexuelle. À l'Assemblée mondiale de la Santé tenue en mai 2016, les États Membres de l'OMS ont approuvé un plan d'action mondial visant à renforcer le rôle du système de santé dans la lutte contre la violence interpersonnelle à l'égard des femmes et des filles.

Ainsi, en collaboration avec ses partenaires, l'OMS s'est attelée à renforcer la capacité des états à évaluer les interventions visant à prévenir et combattre la violence à l'égard des femmes. L'OMS a aussi collaboré avec tous les partenaires pour réduire et éliminer la violence au niveau mondial par le biais des initiatives comme l'Initiative de recherche sur les violences sexuelles, le programme conjoint ONU-Femmes/OMS visant à renforcer les méthodes de mesure de la violence à l'égard des femmes et la stratégie politique relative à la lutte contre la violence à l'égard des femmes et la COVID-19.

Au Burundi, la violence envers les femmes au Burundi reste encore une préoccupation majeure même si des données fiables manquent. Les femmes sont quotidiennement victimes de différentes formes de violence. C'est pourquoi plusieurs mesures sont mises en œuvre pour combattre ces violences et mettre fin à la forte discrimination contre les femmes institutionnalisées par certaines coutumes.

Pour sa part, le Bureau de l'OMS au Burundi appuie toutes les initiatives tendant à renforcer le système de santé pour une meilleure prise en charge des conséquences des violences à l'encontre des femmes, à renforcer la communication pour un changement de comportement en vue de lutter contre les violences et soutenir les programmes de santé de la reproduction en renforçant les capacités à tous les niveaux de tous les acteurs. Ces efforts vont se poursuivre encore dans le cadre de la mise en œuvre du plan de travail annuel 2022.

Rappelons que les manifestions du lancement de la quinzaine d'activisme pour l'élimination des violences faites aux femmes et filles ont été présidées par le Vice-Président de la République du Burundi, Son Excellence Mr Prosper BAZOMBANZA, la Ministre de la solidarité sociale et Genre, Mme Imelde SABUSHIMIKE et le Gouverneur de la province de Muyinga. Ces différentes personnalités avaient à leurs côtés le Coordonnateur Résident du Système des Nations Unis au Burundi, Mr Damien MAMA, le Représentant de l'OMS, Dr Xavier CRESPIN, la déléguée de la Représentante de l'ONU FEMME, le Représentant de l'Union Africaine et d'autres Partenaires Techniques et Financiers.

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X