Sénégal: Louga - Les éleveurs veulent une solution aux difficultés de leur secteur

Louga — Le président de la Maison des éleveurs de Louga, Samba Sow, a sollicité vendredi l'aide de l'Etat du Sénégal pour une solution aux nombreuses difficultés auxquelles ces derniers sont confrontés.

Il a formulé ce plaidoyer dans un entretien à l'APS, à la veille de la célébration samedi de la 7ème édition de la journée nationale de l'élevage prévue à Dahra (Louga, nord). "Entreprenariat et investissements pour un élevage moderne et durable" est le thème de cette journée, qui se tiendra sous la présidence du chef de l'Etat du Sénégal, Macky Sall. La dernière édition de la journée de l'élevage s'était tenue en 2019, à Kael, dans le département de Mbacké (Diourbel).

Samba Sow relève que les acteurs de l'élevage sont confrontés à de nombreuses contraintes, dont "le manque d'espaces pour mener leurs activités d'élevage".

"C'est une situation difficile. Il n'y a pas d'espaces qui nous soient spécifiquement réservés pour notre élevage. Nous sommes obligés, à chaque fois, de nous déplacer à la recherche de terres et de pâturages pour le bétail", a-t-il dit. Il invite l'Etat du Sénégal à apporter des solutions à cette situation que vivent les pasteurs.

M. Sow a également évoqué le fléau que constitue pour le secteur, le vol de bétail. Il déplore le fait que malgré son vote, la loi criminalisant ce phénomène récurrent tarde encore à être appliquée. Il estime que cette situation constitue un véritable frein au développement de l'élevage.

"Nous avons beaucoup de difficultés à disposer d'eau pour abreuver les animaux. Certes, beaucoup de progrès ont été [impulsés] à ce niveau par l'Etat du Sénégal, mais il nous faut davantage", a-t-il préconisé.

De même, il a rappelé que les vaccins sont insuffisamment disponibles pour protéger le bétail contre certaines pathologies.

"Il nous en faut plus. Nous notons beaucoup de retard au niveau de la vaccination du bétail. Les vaccins ne sont pas toujours disponibles à temps, pour nous permettre de vacciner les animaux. Ce sont des difficultés qui ralentissent notre activité", a-t-il regretté.

Le président de la maison des éleveurs de Louga s'est aussi appesanti sur les feux de brousse qui, selon lui, "sont devenus un grand problème".

Il a proposé la mise à disposition dans chaque commune d'un camion-citerne permettant de maîtriser très tôt les cas d'incendie.

Au sujet de la Journée de l'élevage, Samba Sow assure que tous les acteurs de la région sont en plein préparatifs, afin de mettre dans de bonnes conditions tous ceux qui prendront part à l'évènement.

"Tous nos membres de la zone sylvo-pastorale ont été mobilisés pour la réussite de l'événement. Avant, nous avions plus de six mois pour organiser cette journée, mais, cette année, nous ne disposons que de très peu de temps", a-t-il dit.

Au total, 3.050.414 têtes de bétail, dont des bovins, des ovins et des caprins, ont été répertoriées au niveau de la région de Louga en 2019. Cette année-là, la région concentrait 17% du cheptel bovin national, soit 450 658 têtes, et 20% de celui des petits ruminants.

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X