Afrique: USA - Afrique - Le Président Joe Biden veut son Sommet sur la démocratie à Washington et invite 17 pays africains

Le locataire de la Maison Blanche, Joe Biden américain a invité quelque 110 pays à un sommet virtuel pour la démocratie qui se tiendra en virtuel les 9 et 10 décembre prochain. Selon des sources diplomatiques proches du département d'état américain, cette manifestation traitera trois grandes thèmatiques: défense contre l'autoritarisme, lutte contre la corruption et combattre et promouvoir le respect des droits de l'homme.

Selon le Département américain qui a publié la liste des pays invités et visité par la rédaction de Confidentiel Afrique, les dirigeants du monde invités "seront encouragés à annoncer des actions et des engagements spécifiques", et ce, dans l'optique de faire progresser la démocratie dans leurs pays.

Concernant les participations, le Président américain a invité quelque 110 pays dont seulement 17 du continent africain : Afrique du Sud, Angola, Botswana, Cap-Vert, Congo (RDC), Ghana, Kenya, Liberia, Malawi, Maurice, Namibie, Niger, Nigeria, Sao Tome & Principe, Sénégal, Seychelles et Zambie.

Cette liste est loin de faire l'unanimité. En Afrique subsaharienne, des pays comme le Bénin où l'alternance démocratique est une règle depuis de nombreuses années ne figure pas sur la liste des invités.

De même, on note l'absence de tous les pays d'Afrique du nord: Algérie, Libye, Maroc et Tunisie, mais aussi de l'Egypte. D'ailleurs, l'Irak est le seul pays arabe de la planète à être invité par Joe Biden.

De même, les pays du Golfe: Arabie Saoudite, Qatar, Emirats-Arabes Unis,... ont été zappés Idem pour la Turquie, pourtant alliée des Etats-Unis au sein de l'OTAN, qui ne figure pas parmi les invités de Joe Biden. Un fait nouveau et insolite, le Président américain a ainsi zappé les alliés historiques des États-Unis.

Enfin, la Chine, principal rival des Etats-Unis, n'est pas invitée à ce sommet, alors que Taïwan l'est, suscitant la condamnation chinoise.

La Russie aussi, absente de cette liste, a vivement réagi. Pour le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov, "les États-Unis préfèrent créer de nouvelles lignes de division, diviser les pays en bons, selon eux, et mauvais, selon eux".

Bref, le Président méricain a attribué l'étiquette de démocratie selon ses critères et a recalé de nombreux pays, envoyant un signal sur les efforts à faire en matière de démocratie et du respect des droits de l'homme.

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X