Madagascar: Projet Pagose - La Banque mondiale exige des remboursements

La Banque mondiale demande des comptes à l'État malgache. Une lettre adressée au ministère de l'Économie et des finances exige le remboursement de dépenses inéligibles relatives au projet PAGOSE.

Près d'un million sept cent cinquante-trois millions de dollars, 1 752 813,92 dollars plus exactement, sont demandés par la Banque mondiale à être remboursés, dont 616 179 dollars dans une semaine. " Nous vous informons que des dépenses de... .. 6 901 704 827, 40 ariary, effectuées en ne respectant pas les procédures de gestion financière recommandées par l'IDA, sont déclarées inéligibles, et donc de la responsabilité du gouvernement de les rembourser à l'IDA... " lit-on dans la lettre adressée à la ministre de l'Économie et des finances, Rindra Hasimbelo Rabarinirinarison.

Ces dépenses inéligibles concernent le Projet d'amélioration de la gouvernance et des opérations dans le secteur de l'électricité (PAGOSE). L'accord de financement de l'IDA (Association internationale de développement, branche de la Banque mondiale) a été signé le 8 avril 2016. Ces dépenses inéligibles sont rapportées, issues de l'audit externe des états financiers de PAGOSE au titre des exercices 2018-2019.

Le projet PAGOSE vise la performance opérationnelle de la Jirama ainsi que la fiabilité de l'approvisionnement en électricité.

En jeu

Il comporte cinq composantes telles que l'amélioration de la planification du secteur de l'électricité et de la Jirama, le financement des investissements prioritaires pour renforcer les infrastructures existantes, la gestion et les interventions d'urgence.

Le détournement de fonds n'est toujours pas l'explication à ces dépenses inéligibles. Il peut s'agir de dépenses non définies conjointement dans le cadre du projet, en sachant que tous les projets de la Banque mondiale avec l'État malgache doivent être déterminés auparavant dans un accord cadre bien clair. À l'éclaircissement de la lettre, des dépenses hors projet ont été payées avec le financement PAGOSE. La Banque mondiale, dans la lettre signée par Idah Pswararayi-Riddi-- hough, directeur pays pour Madagascar, région Afrique de l'Est et du Sud, avance des propositions de démarche. " Le gouvernement rembourse en numéraires correspondant à l'écart d'inventaire représentant la différence entre ce qui a été inventorié et les acquisitions théoriques, notamment des pertes, vols ou encore matériels utilisés en exploitation pour le remplacement des branchements défectueux, des confusions dans l'attribution des matériels achetés et ... .les décomptes généraux définitifs correspondant à des travaux non réalisés ".

L'IDA demande par ailleurs une présentation des documents de substitution pour les matériels évalués à quatre milliards d'ariary (4 391 202 814 ariary), qui ont été utilisés pour des activités en dehors de la portée initiale du projet. La Jirama est également priée de présenter un plan d'action clair et acceptable par la Banque mondiale afin de renforcer le contrôle et le suivi des immobilisations, " y compris la réalisation d'inventaires physiques périodiques... ". Le projet PAGOSE prend fin le 31 décembre prochain, c'est pourquoi la Banque demande le remboursement avant le 3 décembre, et un mois depuis l'envoi de la lettre, pour régulariser les manquements constatés. " À défaut, le non-paiement pourrait être considéré comme une violation de l'accord juridique pour laquelle la Banque pourra envisager toutes les voies de recours prévues par l'accord de financement... " finit la lettre expédiée le 16 novembre dernier.

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X