Madagascar: Élections - Le FFKM réclame un scrutin juste et transparent

L'élection présidentielle prévue dans deux ans s'installe dans la liste des sujets politiques incontournables. Un sujet soulevé par le Conseil oeucuménique des églises chrétiennes de Madagascar, hier.

Des élections justes, transparentes. C'est la requête formulée par le Conseil oecuménique des églises chrétiennes de Madagascar (FFKM), hier, dans sa déclaration lue à la paroisse d'Ambohipo.

Le FFKM a clôturé la 43ème réunion de son bureau central et par la même occasion, son IXe grand synode, hier. Un conclave de près d'une semaine qui s'est tenu au cénacle Ambohipo. Outre les questions internes à cette entité religieuse, la vie nationale a, également, été une des thématiques de la réunion couplée avec le grand synode.

Comme à son habitude, le FFKM a clôturé sa session par une déclaration conclue par un appel solennel afin que tous les acteurs œu-vrent pour que les prochaines échéances électorales soient apaisées et aient une issue acceptée de tous, notamment, la présidentielle. Un appel dans l'optique de préserver la paix et la fraternité nationale.

Dans sa prise de parole à l'issue du culte oeucuménique d'hier, à la paroisse Ambohipo, monseigneur Odon Razanakolona, archevêque d'Antananarivo et président en exercice du FFKM a appelé à une prise de conscience de tous les acteurs dans ce sens.

Urgences

Bétonnant l'appel fait dans la déclaration du FFKM, monseigneur Razanakolona demande aux dirigeants, aux acteurs politiques, à la Haute cour constitutionnelle (HCC), à la Commission électorale nationale indépendante (CENI), et la société de travailler pour des élections justes, transparentes et apaisées, afin qu'elles soient acceptées de tous. L'inclusivité du processus électoral est, également, soulevée par l'Église.

Sans le dire, elle laisse entendre l'importance de l'exhaustivité de la liste des électeurs

Dans ce sens, le FFKM demande ainsi à tous les acteurs concernés à oeuvrer afin que tous soient au fait de leurs droits et responsabilité, notamment, des démarches qu'ils doivent faire pour pouvoir prendre part aux élections. S'il évoque la nécessité que la présidentielle, notamment, fasse l'unanimité, le Conseil oeucuménique n'a, toutefois, pas touché mot sur les vœux d'une partie de l'opposition.

Certaines factions de l'opposition requièrent, en effet, au FFKM qu'il entre dans les débats politiques afin de limiter l'éventuelle omnipotence du pouvoir, surtout en vue des prochaines échéances électorales. L'archevêque d'Antananarivo a, toutefois, souligné, hier, dans la to do list, du Conseil oeucuménique des églises chrétiennes de Madagascar durant les quatre prochaines années, est de se dresser comme Raiamandreny et comme prophète dans le pays.

Monseigneur Razana-kolona ajoute, du reste, que le FFKM doit s'efforcer à démentir les affirmations selon lesquelles ses efforts de rassembleur, ont une portée politique. Une situation qui douche la ferveur oeucuménique des débuts, regrette le prélat.

Bien qu'il ait utilisé une autre terminologie, l'archevêque d'Antananarivo pourrait faire référence à la réconciliation nationale. Le FFKM a toujours martelé que son initiative dans ce processus transcende le cadre politique.

La déclaration du Conseil des églises chrétiennes de Madagascar a, également, soulevé des sujets qu'il estime urgents, à traiter et résoudre pour l'État, dans sa déclaration d'hier. C'est le cas de la lutte contre la pauvreté, contre l'inflation qui se conjugue avec la baisse du pouvoir d'achat, l'insécurité, ou encore, la prolifération des trafics de drogue. L'Église souligne, aussi, les enjeux de la préservation de l'environnement face aux dangers des changements climatiques.

Faisant écho à la déclaration de la Conférence des évêques de Madagascar (CEM), au début du mois, le FFKM requiert des sanctions sévères contre ceux qui dégradent l'environnement. Fait prévisible, le Conseil oeucuménique des églises chrétiennes de Madagascar martèle son opposition à toute forme d'interruption de grossesse, autre sujet ayant défrayé les chroniques ces derniers temps. Il va même jusqu'à faire part de son véto contre le mariage pour tous.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X