Guinée: Scandale au Ministère des Affaires Étrangères au pays

29 Novembre 2021

Après le changement de régime survenu en Guinée, les scandales continuent de tomber les uns après les autres et les langues commencent à se délier. Beaucoup de malversations sont signalées et éclaboussent tout particulièrement le Ministère des Affaires Etrangères notamment les conseillers des ex ministres Mamadi Touré et Ibrahima Khalil Kaba.

Le Ministère des Affaires Etrangères est devenu le repaire de détourneurs d'argent public à des niveaux insoupçonnés. Ce trafic éhonté, sur lequel la présidence n'aurait guère de prise, dure depuis des années et coûte tous les ans des centaines de millions de francs Guinéens de manque à gagner au Trésor Public

En effet, on vient d'apprendre que certaines personnes du Ministère des Affaires Etrangères admises à faire valoir leur droit à la retraite en 2015 continuent de toucher leur salaire dans la fonction publique après un arrangement avec certains conseillers ministériels... en 2021.

Il s'agit notamment de Mme Bangoura Mama Aissata faussement née en 1950, matricule 202628Y, qui apparaît une énième fois dans la liste des personnes devant aller à la retraite. En effet Mme Bangoura a utilisé le matricule d'une autre personne pour se faire engager dans la fonction publique. Le matricule correspond à une personne née en 1950 or Mme Bangoura a à peine 50 ans.

Un autre scandale parmi tant d'autres, des fonctionnaires décédés voient leurs salaires être touchés par plusieurs responsables du département des Affaires Etrangères tels que les directeurs, conseillers et autres ambassadeurs de la Guinée à l'étranger

Autre scandale et non des moindres avec la complicité du chef de cabinet et de certains conseillers ministériels, toutes les recettes générées par les demandes de légalisation de document soit 50.000F guinéen par page n'ont jamais été déclarées ni versées au département des Affaires Etrangères, ni au Trésor Public et ceci depuis plusieurs années, ce qui avait entrainé un début de protestation des proches collaborateurs de Mme Bangoura Mama Aissata puisqu'il s'agit d'elle et ceux et tentent de protester sont tout simplement menacés de sanctions.

Il faut savoir que la légalisation des papiers rapporte environ mensuellement plus de 200 millions de francs guinéens. Et cela dure depuis plus de dix ans. Une partie des sommes perçues est distribuée à certains responsables du département alors qu'elles devraient être reversées au Trésor Public.

Dans le contrat qui lie Iris Corporation à l'état guinéen, normalement un pourcentage est payé par Iris Corporation pour chaque passeport confectionné comme stipulé dans le contrat. Jusqu'à ce jour aucun versement n'a encore été effectué par les ambassades, ces derniers refusent toujours de procéder au versement.

Certains fonctionnaires font des pieds et des mains afin que les visas électroniques soient même annulés et plaident pour le retour des visas version ... papiers pour mieux continuer leurs forfaits sur le dos du peuple guinéen.

Une autre affaire et non des moindres, celle ci concerne Mohamed Dabo, Ambassadeur-Conseiller chargé des questions de la diaspora et des carrières internationales, qui encaissait les montants payés par les personnes affectées dans les Ambassades par l'ancien Ministre Mamadi Touré et Mademoiselle Aminata Camara conseillère chargée de mission qui détournait les passeports guinéens et refusait de les remettre si elle n'était pas payée.

Autre scandale visant Mohamed Dabo, consultant du PNUD payé 3000 dollars par mois et conseiller du ministre des Affaires Etrangères avec un salaire de fonctionnaire continue de percevoir son salaire de diplomate, alors qu'il a quitté l'ambassade de la Guinée aux USA, il continue toujours de percevoir son salaire de diplomate pour un montant d'environ 7000 dollars par mois.

Notons que les nouvelles autorités du pays vont bientôt mettre fin à ce bamboula orchestré sur le dos du peuple de Guinée qui n'a pas encore fini de souffrir de ses dirigeants cupides.

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X