Tchad: Amnistie générale accordée aux rebelles tchadiens - A petits pas vers la réconciliation nationale

Réunion consacrée à la sécurité sur toute l’étendue du territoire Tchadien a vu la participation du Vice-président du CMT, du Premier Ministre de Transition, des Ministres en charge de la Défense Nationale, de la Sécurité, de l’Administration du Territoire et de la Justice, des proches collaborateurs du Chef de l’Etat, de tous les chefs militaires, des commandants des grandes formations, du Délégué Général du Gouvernement auprès de la Commune de N’Djaména et du Maire de N’Djaména.
29 Novembre 2021
analyse

" Le plus long voyage au monde commence toujours par un pas ", dit un adage populaire. Les autorités tchadiennes de la Transition viennent d'en faire un dans le sens de la réconciliation nationale qu'elles appellent de tous leurs vœux depuis le décès du président Iriss Déby Itno. C'est le moins que l'on puisse dire.

En effet, elles ont décidé, à l'issue d'un Conseil des ministres extraordinaire tenu le 29 novembre dernier, d'accorder l'amnistie générale à tous les rebelles en prison ou en exil. Ainsi, trente-neuf personnes condamnées pour des faits relatifs à la liberté d'opinion, sont concernées. Sans oublier 250 autres condamnées pour actes de terrorisme, de complicité de terrorisme et enrôlement de mineurs dans les groupes armés.

Dans ce dernier cas, il s'agit de Tchadiens condamnés en août 2019 par la Cour criminelle de N'Djaména siégeant exceptionnellement à la prison de Koro Toro. Comment ne pas saluer ce geste d'ouverture de la part des autorités tchadiennes, quand on sait que les leaders des groupes politico-militaires avaient fait de l'amnistie, l'un des préalables à leur participation aux consultations devant conduire au dialogue national inclusif dont la date, pour l'instant, n'est pas encore fixée ? C'est tout à leur honneur.

Les rebelles tchadiens feraient preuve de naïveté en pensant que l'amnistie seule suffit pour les mettre à l'abri de toute surprise désagréable

Elles ont fait leur part de chemin dans leur souci exprimé de rabibocher les Tchadiens avec eux-mêmes. Reste maintenant à savoir si les responsables politico-militaires, ainsi qu'on les appelle, accepteront de changer leur fusil d'épaule pour rejoindre la table des négociations ; eux qui, on s'en souvient, avaient exigé que le dialogue national en question, se tienne hors des frontières du Tchad et ce, pour, disent-ils, des raisons de sécurité. Ils n'ont peut-être pas tort.

Car, en la matière, il faut se monter très prudent en s'entourant de toutes les précautions ou garanties au risque de se faire prendre au piège. On l'a déjà vu au Congo où à peine rentrés au bercail, des réfugiés du Beach ont fait l'objet de tri au point que plus de 300 d'entre eux ont disparu, vraisemblablement abattus de sang-froid par le pouvoir de Denis Sassou Nguesso poursuivi d'ailleurs par la Justice française pour " crimes contre l'humanité ".

Comparaison n'est certes pas raison, mais tirant leçon des erreurs des autres, les rebelles tchadiens feraient preuve de naïveté en pensant que l'amnistie seule suffit pour les mettre à l'abri de toute surprise désagréable, surtout pour ceux d'entre eux que l'on accuse d'avoir tué Déby père que le fils avait d'ailleurs promis de venger dès sa prise du pouvoir. On attend de voir !

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X