Mali: Victoire judicaire et remise en liberté pour le "roi du coton" malien

Bakary Togola était accusé d'avoir détourné près de 10 milliards de francs CFA (15 millions d'euros). Il a bénéficié d'un non-lieu ce lundi 29 novembre à Bamako. L'homme d'affaires a passé plus de deux ans en prison.

Bakary Togola et les onze autres personnes acquittées étaient inculpées d'atteinte aux biens publics et complicité, faux et usages de faux. Ils étaient accusés d'avoir, entre 2013 et 2019, soustrait 9 milliards 462 millions de francs CFA à la Confédération des sociétés coopératives des producteurs de coton du Mali, que présidait Bakary Togola, sur un budget de quelques 13 milliards prévus pour la formation des cotonculteurs de la C-SCPC.

Proche d'Ibrahim Boubacar Keïta

Arrêté en septembre 2019 dans le cadre d'une opération anti-corruption et sur la base d'une dénonciation anonyme, Bakary Togola s'était défendu devant la Cour la semaine dernière, affirmant qu'aucune fédération agricole ne s'était plainte de ses méthodes. Ses avocats plaidaient l'absence de preuve et la nullité de la procédure.

Ce procès a été très suivi car Bakary Togola, qui présidait aussi l'Assemblée Permanente des Chambres d'Agriculture du Mali, est bien davantage qu'un syndicaliste paysan.

Originaire de la région de Sikasso, dans le sud du pays, propriétaire revendiquant 3 000 hectares et plus de 10 000 employés selon Jeune Afrique, il est réputé proche des cercles politiques, en premier lieu de l'ancien président Ibrahim Boubacar Keïta, ce qui ne l'avait pas empêché d'être arrêté alors que celui-ci était encore au pouvoir.

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X