Cameroun: Archivage numérique - Les secteurs public et privé à l'école

Un atelier de renforcement des capacités sur un nouvel outil de gestion des systèmes d'information organisé le 24 novembre dernier à Douala.

A l'ère du tout numérique, seules les entités qui s'y adaptent tirent leur épingle du jeu. C'est désormais une exigence pour la survie des entreprises et autres institutions, publiques comme privées. C'est pour répondre à cette exigence qu'une structure française opérant dans l'intégration d'outils de gestion des systèmes d'information a organisé, le 24 novembre dernier à Douala, une formation sur l'archivage numérique des documents. L'hôpital général, l'hôpital Laquintinie, la Société de Presse et d'Editions du Cameroun (Sopecam), l'administration fiscale etc., faisaient partie des structures bénéficiaires, aux côtés du secteur privé.

Selon les organisateurs, le numérique est au service de la performance. Il était donc question de réunir des professionnels de divers horizons pour renforcer leurs capacités sur l'archivage numérique des documents.

Un logiciel spécifique été choisi. " Nous avons voulu toucher du doigt l'élément d'automatisation des procédures par le truchement du logiciel Zeendoc. Un logiciel qui a fait ses preuves par sa capacité à fluidifier mais aussi à traiter les informations au sein des multinationales. Raison pour laquelle les experts sont venus le présenter ", a soutenu Abraham Bissay, consultant.

Abel Lagraa, expert chez Axel gestion, a pour sa part relevé que de nos jours, " les gens perdent beaucoup trop de temps à traiter l'information à cause de l'informatique qui est devenue étouffante. Vous recevez des mails, du courrier, des appels téléphoniques, fax... Vous n'arrivez plus à traiter l'information de façon efficace ". Son conseil : " Ayez une sorte d'entonnoir qui collecte cette information et qui fasse le travail pour vous ". Stéphanie Toungue, archiviste dans une entreprise agro-alimentaire à Douala, voit en cette formation une opportunité pour accroître les performances de sa boîte.

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X