Cameroun: Entreprises de travail temporaire et de placement - De nouveaux agréments délivrés

Une récente décision du ministre en charge de l'emploi octroie des habilitations à exercer à une quarantaine de structures.

Le groupe de travail chargé d'examiner les dossiers de demande d'agréments aux entreprises de travail temporaire et offices privés de placement de la main-d'œuvre a rendu sa copie après la session du 12 novembre dernier. Et le communiqué du ministre de l'Emploi et de la Formation professionnelle (Minefop) n'a pas tardé. Ce sont donc 21 entreprises de travail temporaires qui font officiellement leur entrée dans le secteur en obtenant leur tout premier agrément.

Ces dernières rejoignent 12 structures dont l'agrément a été renouvelé. Pour mémoire, une entreprise de travail temporaire est en fait une entreprise habilitée à mettre à la disposition des entreprises utilisatrices, une main-d'œuvre temporaire pour une durée n'excédant pas un an, renouvellements compris avec le même employeur et au même poste de responsabilité. L'entrepreneur de main-d'œuvre temporaire recrute, gère et paie le personnel mis à la disposition de l'entreprise utilisatrice et assume toutes les charges administratives et fiscales liées à cette gestion avec les ressources financières qu'il reçoit de l'employeur utilisateur de la main-d'œuvre.

Selon le même communiqué, six offices privés de placement des travailleurs ont obtenu leur premier agrément. Il s'agit de Patchwork sarl, capital Rh Sarl, International company of chartered accountant registered audit and fraud investigation Sarl, First Group RH Consulting, Glotech Manpower et Loumo Sarl. Ces agréments sont renouvelables tous les deux ans.

Le communiqué du Minefop précise également que les bénéficiaires de ces nouveaux agréments ne pourront effectivement exercer leurs activités qu'après délivrance des arrêtés du ministre leur accordant des agréments pour l'exercice des activités de travail temporaire ou de placement de la main d'œuvre. Il faut dire que le gouvernement a règlementé l'activité de mise à disposition du personnel temporaire pour apporter une réponse à l'aggravation du chômage et du sous-emploi inhérente à la fermeture de plusieurs entreprises et au gel des recrutements dans la fonction publique survenus après la crise économique qu'a traversée le Cameroun à la fin des années 1980.

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X