Cameroun: Abattement sur le fret maritime - Les voitures pas concernées

Cette précision est du directeur général, à travers une note signée il y a quelques jours.

Le 6 novembre dernier, le ministre des Finances signait un arrêté portant abattement de 80% de la somme totale effectivement payée ou à payer pour l'acheminement desdites marchandises.

Une décision d'application immédiate et valable jusqu'au 28 février 2022 et renouvelable le cas échéant, qui avait suscité un soulagement chez bon nombre d'opérateur économiques impactés, directement ou indirectement par l'augmentation exponentielle des tarifs du fret maritime. Seulement, quelques jours plus tard, soit le 18 novembre, Fongod Edwin Nuvaga, directeur général des Douanes, a signé une note donnant d'autres précisions quant aux modalités de mise en œuvre de la décision ministérielle.

Parmi ces modalités, on retient que la mesure " ne concerne pas les véhicules et autres matériels roulants pour lesquels le montant du fret est généralement fixé de façon forfaitaire largement en deçà des coûts réels pratiqués. Selon Guy Innocent Diffouo, chef de la cellule de la législation à la direction générale des Douanes, il s'agit plus précisément des véhicules d'occasion, parce que " c'est l'un des rares secteurs dans le commerce international qui n'a pas été impacté par l'augmentation du fret maritime. " C'est le cas aussi des marchandises relevant du Programme de vérification des importations non couvertes par un rapport sur la valeur et le classement tarifaire. Il s'agit, entre autres, des envois effectués dans le cadre des relations internationales d'Etat à Etat, les effets et objets mobiliers importés à l'occasion d'un changement de résidence, les trousseaux d'élève et de mariage, les colis postaux et messageries, les envois dépourvus de tout caractère commercial, les dons offerts par les Etats ou organismes internationaux à l'Etat ou fondations, œuvres de bienfaisance ou organisations philanthropiques reconnues d'utilité publique, etc.

Cette mesure ponctuelle de l'Etat pour soutenir le secteur privé ne sera pas sans incidence pour les caisses de l'Etat. En effet, l'abattement de 80% sur la somme à payer pour l'acheminement des marchandises devraient créer un manque à gagner de de 12 à 15 milliards de F par mois. Mais comme a tenu à le préciser notre source à la douane, le bien-être des populations a été privilégié.

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X