Cameroun: Communication en temps de Covid - Les journalistes affrontent la " désinfodémie "

A l'initiative de l'UNESCO, ils étaient une vingtaine à décoder, du 23 au 25 novembre dernier à Yaoundé, les stratégies de désinformation autour de la pandémie.

Désinfodémie. Les " variants " de la nouvelle pandémie liée à la désinformation en temps de Covid ont été présentés aux hommes de médias de service public et aux diffuseurs nationaux du 23 au 25 novembre dernier à Yaoundé. Organisé dans le cadre du projet UNESCO-CoronavirusFacts, le séminaire de formation financé par l'Union européenne était axé sur la gestion du flux d'informations relatif à la pandémie.

Sous sa casquette de partenaire de l'UNESCO, l'Ecole supérieure des Sciences et Techniques de l'Information et de la Communication (ESSTIC) a abrité l'événement. " La gestion de l'information n'a jamais été autant mise à l'épreuve qu'en ces temps de Covid-19. Dans l'optique d'allier éthique et bonnes pratiques, les hommes de médias doivent être capables de distinguer la vraie information des Fakes news ", a déclaré Pr. Alice Nga Minkala, directeur de l'Esstic.

En trois jours, près de 20 journalistes ont bénéficié d'un renforcement de capacités sur " la lutte contre la désinfodémie liée à la Covid-19 dans les environnements sujets aux conflits ". Le retour aux fondamentaux a permis aux apprenants d'analyser l'information scientifique, d'identifier les sources fiables d'information, tout comme les résultats scientifiques crédibles en lien avec le Covid-19.

Des exposés et projections ont permis au formateur, Emmanuel Wongibe, journaliste, par ailleurs directeur adjoint de la CRTV, d'expliquer les concepts scientifiques de base du Covid-19 dans un langage simple. " Tout journaliste qui traite l'information Covid doit maîtriser ses origines, ses symptômes, ses modes de transmission et de prévention. Aussi, le reporter se doit-il de reconnaître et d'identifier les sujets à risque. Autant de données qui favorisent une meilleure implication des médias dans la couverture de la pandémie ", a précisé le formateur.

L'identification et le décodage des techniques de désinformation a fait l'objet de deux jours d'échanges. Les travaux en ateliers et la phase questions-réponses ont permis aux participants d'être édifiés sur les notions de " mésinformation " et de désinformation. Les stratégies utilisées dans le processus de désinformation et leur mode de propagation ont été passés au scanner. La technologie numérique et la veille informationnelle ont également été abordées. Face à l'épineux problème de Fake news, les participants ont bénéficié d'outils appropriés de vérification des informations publiées sur les réseaux sociaux.

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X