Ile Maurice: Chiens errants - Le cri du cœur de Shane Runnoo

30 Novembre 2021

L'on connaît tous l'histoire d'Ali Baba et des 40 voleurs, mais peu connaissent l'histoire de Shane Runnoo et des 40 chiens. Ce jeune homme, passionné des animaux, s'est depuis plus de quatre ans investi dans le sauvetage des chiens errants.

Toutefois, la municipalité de Vacoas Phoenix lui a demandé de détruire l'abri qu'il a construit car il n'a pas fait de demande pour sa mise en place, d'autant plus qu'il vit dans une zone résidentielle...

Il fait partie de ces bénévoles qui font tout pour sauver les chiens errants et maltraités que l'on croise dans les rues. Pour Shane Runnoo, ils ont droit à une seconde chance. Cet amour pour les animaux à quatre pattes, il l'a toujours eu depuis son enfance. "J'ai toujours été entouré de chiens." Et cette passion qu'il a eue en grandissant, il a voulu la rendre étant adulte à ceux qui en ont le plus besoin. "Le véritable déclic a été le jour où j'ai vu un chien blessé non loin de chez moi à Vacoas. J'ai cherché de l'aide au- près des associations de 'rescuers' mais personne ne m'a soutenu. Je l'ai alors pris sous mon aile et l'ai soigné avec l'aide d'un ami", explique-t-il.

Shane Runnoo commence alors à ouvrir les portes de sa cour pour y protéger ces animaux. "Nous avons aussi trouvé plusieurs chiots qui ne demandaient qu'à être adoptés. On a aussi, avec le soutien d'autres amis, stérilisé les chiens. Et j'ai fait la connaissance d'autres personnes qui avaient cet amour pour protéger et sauver les chiens", souligne notre interlocuteur.

Lui vient ainsi l'idée de construire un abri pour protéger le meilleur ami de l'homme. "Mais le souci c'est que je n'ai pas de sponsor et je ne connais personne qui peut mettre un terrain à ma disposition pour faire ce shleter. Et donc, je l'ai construit chez moi." Mais là où le bât blesse, c'est qu'il vit dans une zone résidentielle. La présence de tous ces animaux a fait que certaines personnes ont consigné une plainte auprès de la municipalité de Vacoas-Phoenix. "Les responsables de la mairie m'ont fait savoir que je n'ai fait de demande pour la construction de cet abri. Abri qui est construit uniquement avec quelques feuilles de tôle et que je dois détruire dans quelques jours", regrette Shane Runnoo.

Ainsi, depuis qu'il sait qu'il va devoir démolir la structure qu'il a construite pour abriter ses "enfants", il dit ne pas trouver le sommeil. "C'est un stress. Je ne dors plus la nuit. Car je ne sais pas où je pourrai garder les 40 chiens", dit-il.

Mais Shane Runnoo ne baisse pas les bras pour autant. Il sollicite l'aide de tout un chacun. "Si vous avez un terrain dans les environs de Vacoas, dont vous ne vous servez pas, prêtez-le-nous, pour que nous puissions y construire un abri pour ces chiens."

D'autant plus que financièrement, c'est difficile d'entretenir tous ces animaux. "Pour un jour uniquement, le vétérinaire peut prendre Rs 4 000 pour soigner un chien malade. Sans oublier qu'il faut aussi un transport. Et pour nourrir les chiens, il faut compter quelque Rs 800 pour le riz ration, le poulet et les croquettes au quotidien."

Shane Runnoo ne souhaite qu'être dans la l'égalité et affirme que toutes aides ne peuvent que lui être favorables.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X