Somalie: L'ONU se dirige vers la fin des opérations de lutte contre la piraterie

Pirates somaliens.

La communauté internationale commence à se mettre en retrait dans les eaux somaliennes. La Somalie vient de refuser que l'ONU prolonge d'un an l'autorisation aux navires de guerre de lutter contre les pirates au large de ses côtes. Ce n'est finalement que pour 3 mois que cette autorisation a été reconduite pour l'instant.

Après quelques semaines de négociations, le Conseil de sécurité a voté une bien plus courte reconduction de l'autorisation de lutte contre la piraterie. Alors qu'aucune attaque de pirate n'a eu lieu depuis 4 ans, la Somalie voulait récupérer la pleine souveraineté de ses eaux nationales, craignant qu'une militarisation de ses côtes ne s'installe sur la durée.

Mogadiscio réclamait ainsi que cette mesure ne soit renouvelée que pour deux mois. Ce sera finalement pour trois. La France a elle déploré un délai trop bref: la lutte contre la piraterie est assurée par les Etats-Unis et l'Europe - or l'opération européenne Atalante aurait besoin de plus de temps selon Paris pour éviter qu'un vide sécuritaire ne se crée suite à un départ précipité, alors que sa mission est prévue pour fin 2022.

Mais la pression est forte en Somalie : la campagne électorale pousse les autorités à mettre en avant la souveraineté nationale, réduisant la marge d'action à New York.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X