Madagascar: Pandémie - L'épidémie de coronavirus remonte la pente

Quatre cent soixante-dix nouveaux cas sont inscrits dans les dernières statistiques de l'épidémie de coronavirus. La région d'Analamanga est le foyer de l'épidémie.

L'épidémie de coronavirus se propage en douce. Alors que la vie suit son cours et que les gestes barrières sont délaissés, les chiffres sur les nouveaux cas de coronavirus enregistrés en une semaine explosent, selon la situation épidémiologique hebdomadaire à la date du 3 décembre. En l'espace de sept jours, quatre cent soixante-dix porteurs du virus de Covid-19 sont détectés. Ces chiffres sont passés de quarante-cinq, à quatre cent soixante-dix, en l'espace de quelques semaines. Sur ces près de cinq cents cas, les trois cent vingt-cinq ont pu être identifiés grâce au traçage des contacts. Il s'agit d'une activité de riposte menée par le ministère de la Santé publique, qui vise à identifier et à isoler les personnes potentiellement malades et contagieuses, notamment, celles ayant été en contact avec les porteurs du virus déjà identifiés. A part les cas contacts, cent quarante-cinq nouveaux cas figurent dans le dernier bilan de la Covid-19.

La région d'Analamanga est, une fois de plus, le foyer principal de l'épidémie, avec cent quatre vingt-onze cas. La propagation du virus est, aussi, inquiétante pour Vakinankaratra, avec cent quatorze cas et pour Matsiatra Ambony qui enregistre quatre vingt dix-huit cas. Onze autres régions enregistrent des cas actifs: Alaotra Mangoro avec cinq nouveaux cas, Amoron'i Mania avec huit nouveaux cas, Anosy avec vingt-sept nouveaux cas, Atsimo Andrefana avec quatre nouveaux cas, Atsinanana avec un nouveau cas, Boeny avec un nouveau cas, Diana, un cas, Itasy un cas, Menabe neuf cas, Sofia deux cas et Vatovavy Fitovinany, sept cas.

Vaccination

Le nombre de décès augmente avec cette hausse des cas. La maladie à coronavirus a emporté cinq personnes, entre le 27 novembre et le 3 décembre. Avec ces derniers cas, un cumul de neuf cent soixante-douze décès liés au coronavirus sont rapportés officiellement, entre mars 2020 et décembre 2021. Soit, un taux de létalité de 2,17%. Dans les hôpitaux, vingt deux personnes qui développent la forme grave de la maladie à coronavirus sont recensées. Des sources hospitalières affirment que les cas graves augmentent petit à petit mais les hôpitaux ne sont pas encore bondés, comme aux périodes du pic épidémique. On ne doit pas attendre un nouveau pic pour être sur ses gardes. Des gestes simples permettent d'assurer la sécurité contre la maladie à coronavirus : le port de masque, la distanciation physique de un mètre, le lavage des mains avec du savon et surtout la vaccination. Au rythme de l'évolution de cette épidémie, nous ne sommes pas loin d'une troisième vague, si nous ne sommes pas déjà entrés dans une nouvelle vague. Rien d'officiel, pour le moment. Le reconfinement n'est pas à écarter.

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X