Afrique: Conseil de sécurité de l'Onu - Dakar et Pretoria réclament 2 sièges de membre permanent et un droit de veto pour l'Afrique

Le Président sénégalais Macky Sall qui reçoit son homologue sud-africain Cyril Ramaphosa au Palais de la République à Dakar
7 Décembre 2021

Le Président Macky Sall a encore une fois porté la voix de l'Afrique. Face à la presse mardi au Palais de la République, le chef de l'Etat sénégalais et son homologue Sud-africain, Cyril Ramaphosa, ont plaidé pour une réforme du Conseil de sécurité de l'Organisation des Nations-Unies (Onu) en vue de permettre à l'Afrique de disposer " deux sièges de membre permanent avec le droit de veto " au sein de cette instance.

"Nous devons faire cause commune pour ce sujet qui se discute depuis plus de 20 ans (... ). Il est injuste que l'Afrique ne soit pas membre permanent du Conseil de sécurité de l'Onu ", a notamment déclaré Macky Sall, rappelant la nécessité d'octroyer à l'Afrique des sièges de membre permanent au sein du Conseil de sécurité de l'Onu.

" On ne peut plus continuer à ignorer l'Afrique, compte tenu de son poids démographique et du nombre d'Etats indépendants (54) qui la composent. Il s'agit d'une injustice qui doit cesser " a, pour sa part, ajouté le Président Cyril Ramaphosa.

Allant plus loin, le chef de l'Etat sénégalais a fait constater, pour le regretter, que "l'Afrique est souvent victime de politiques, le concernant, mises en place par les autres".

L'Afrique dispose actuellement de trois sièges tournant de membre non permanent. Ces trois sièges sont occupés de façon tournante.

Le Président sud-africain, à l'instar de ses homologues bissau-guinéens (Umaro Cissoko Embalò) et nigérien (Mohamed Bazoum), a pris part à la 7e édition du Forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X