Ile Maurice: Double agression à Ebène - "Que son épouse et sa fille aillent mieux rapidement"

11 Décembre 2021

"Nous laissons l'enquête suivre son cours. C'est incompréhensible. C'était un homme gentil, un gentleman. Lui et son épouse étaient très amoureux l'un de l'autre. Leur mariage était d'ailleurs un conte de fée. Mais après, les soucis sont arrivés. Randir avait des problèmes au travail et là-dessus est venu se greffer le stress de la procédure de divorce entamée. Mais il était quelqu'un de bien. La police enquête et laissons-la faire son travail. Nous souhaitons que son épouse et sa fille récupèrent le plus vite possible de leurs blessures", souligne un membre de la famille Hurdowar.

Randir Hurdowar, 49 ans, cadre à la Financial Service Commission (FSC), qui vivait séparé de son épouse Priya et de leur fille, a débarqué au domicile conjugal à Ebene Village, mercredi après-midi, et a sorti un couteau qu'il avait caché dans une enveloppe et l'a brandie devant sa femme de 42 ans, qu'il a agressée par la suite. Cette employée de banque, soeur de l'avocat-politicien Roshi Bhadain, a été grièvement blessée. "Il a sorti un couteau dans une enveloppe pour m'agresser alors que j'étais dans la cuisine.

J'ai tenté de l'en empêcher. En luttant avec lui, la lame m'a blessée sur plusieurs parties du corps. J'ai appelé ma fille de 17 ans à mon secours. Mon époux s'est alors saisi d'un autre couteau dans la cuisine pour l'agresser également. Nous avons heureusement pu lui échapper pour trouver de l'aide auprès d'un voisin", c'est ce qu'a relaté Priya Hurdowar à la police dans l'après-midi de mercredi alors qu'elle se trouvait sur son lit d'hôpital à Wellkin où elle a subi une intervention chirurgicale. Son état de santé est jugé stable.

Après son acte, Randir Hurdowar a été comme pris de folie. De retour chez sa mère à Roches-Brunes où il vivait depuis sa séparation avec sa femme, il a déclaré : "Mo bizin mort, mo bizin mort.". Il est alors entré à pas de charge dans la cuisine et s'est emparé d'un couteau et s'est automutilé, avant d'empoigner une bouteille de poison et d'avaler son contenu. Il est mort avant que les secours n'arrivent.

L'autopsie a été pratiquée par le chef du service médico-légal, le Dr Sudesh Kumar Gungadin, qui était assisté dans cet exercice par le Dr Maxwell Monvoisin. Ils ont attribué le décès de Randir Hurdowar à une "Stabbed wound to the heart". La présence d'une certaine quantité de poison dans son organisme a également été notée. L'enquête est placée sous la supervision du surintendant de police Sam Bansoodeb et de l'assistant commissaire de police Bhunnoo.

Randir Hurdowar est un ancien étudiant du collège Royal de Curepipe et de l'université de Hull en Angleterre. Il venait de faire l'objet d'une sanction disciplinaire au travail et avait été suspendu pour une affaire de harcèlement alléguée.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X