Ile Maurice: Noyade à Mont Ida - Les vêtements de la victime auraient été emportés par le courant

11 Décembre 2021

Les questions que se posent les proches de Sandra Spéville-Armel restent sans réponse. Le corps sans vie de cette dernière, aussi connue comme Jemmy, a été retrouvé nu, accroché à une grille de métal d'un feeder canal à Gaulettes Serrées, Camp de Masque. Les parents de la défunte ne cessent de se demander comment les vêtements de cette dernière lui ont été enlevés et ils réclament des éclaircissements à ce sujet.

Si des sources policières expliquent que c'est la violence du courant, qui a déchiré les vêtements de la jeune femme, l'ancien chef de la médecine légale, le Dr Satish Boolell, que nous avons sollicité, demande "une enquête sérieuse". Ce spécialiste est d'avis que "les circonstances de cette noyade demandent à être élucidées, étant donné que la thèse de la pression de l'eau pouvant déshabiller une victime, doit être étayée. Une enquête sérieuse s'impose, au moins pour retrouver les vêtements de la victime", a souligné le Dr Boolell.

C'est mardi que Sandra Spéville-Armel a péri. Après son travail, cette trentenaire, mère de deux enfants, s'est rendue près d'un Feeder canal à Mont Ida, en compagnie de son amie, pour bavarder et boire quelques bières. Selon cette amie, âgée de 27 ans, la victime avait besoin de se confier. "Nounn deside pou ale assiz bord canal ki trouve pres kot mo lacaz parski ti pe fer trop chaud ek pou nou kapav causer librement", a expliqué l'amie à la police. Les deux femmes auraient pris place sur une structure en béton se trouvant en haut du canal. Après avoir avalé quelques bières, l'amie de Sandra Spéville-Armel aurait perdu l'équilibre et se serait retrouvée à l'eau.

Paniquée, Sandra Spéville-Armel se serait alors jetée dans le canal pour la secourir. Mais le courant étant trop fort, il a charrié les deux jeunes femmes. Après quelques minutes, l'amie, qui habite Mont Ida, dit être parvenue à s'agripper à des branches et avoir pu regagner la berge. "Kan monn sorti, monn rod li, mais mo pann trouve li. Ti pé fer noir" a expliqué la rescapée à la police. Ne sachant quoi faire, la jeune femme s'est ruée chez elle pour chercher de l'aide auprès de son frère. Accompagnée de ce dernier, la rescapée s'est rendue sur les lieux du drame pour essayer de retrouver Sandra Spéville-Armel, sans succès. Après des heures de recherche, les deux ont décidé d'alerter la police.

C'est finalement aux alentours de 1h50, mercredi, que le corps sans vie de Sandra Speville-Armel a été repêché dans un canal d'un village voisin.

Son cadavre a alors été transporté à l'hôpital Dr Bruno Cheong, Flacq où une autopsie a été pratiquée. L'exercice post-mortem a conclu à une asphyxie due à la noyade. Les funérailles de la jeune femme ont eu lieu jeudi. Elle laisse derrière elle des enfants de neuf et 11 ans. Depuis sa séparation avec son époux, Sandra Spéville-Armel travaillait dur pour subvenir à leurs besoins. "Elle était toujours pleine de vie, souriante et aimait faire la conversation. C'est une grande perte pour nous, sa famille", souligne une de ses proches.

Le corps sans vie d'un homme retrouvé

Le cadavre d'un homme a été repêché dans une rivière à Vacoas, dans la soirée de jeudi. La dépouille a été transportée à la morgue de l'hôpital Jawaharlall Nehru à Rose-Belle à des fins d'autopsie. L'identité de la victime demeure, pour l'heure, inconnue. La police de Vacoas a ouvert une enquête.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X