Afrique: La rumba congolaise inscrite au patrimoine culturel immatériel de l'humanité

Dakar — L'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco) a inscrit la rumba congolaise et 12 autres expressions culturelles sur la liste du patrimoine immatériel de l'humanité.

Ce genre musical fait son entrée sur cette liste, après la musique reggae de la Jamaïque et le tango.

La rumba est à la fois une musique et une danse populaire des zones urbaines de la République démocratique du Congo et du Congo, les deux pays qui ont proposé à l'Unesco de l'inscrire à son patrimoine culturel immatériel.

"Elle est considérée comme une partie essentielle et représentative de l'identité du peuple congolais et de [sa] diaspora. Elle permet également la transmission de valeurs sociales et culturelles de la région, mais aussi la promotion d'une cohésion sociale, intergénérationnelle et solidaire", affirment ses promoteurs.

Pour les Congolais, il s'agit d'une forme d'expression multiculturelle originaire d'une ancienne danse appelée "nkumba" (taille, en kikongo, une langue du Congo).

Selon ses défenseurs, la rumba a plusieurs fonctions. Elle est utilisée lors de célébrations et de jours de deuil, à la fois dans les espaces publics, privés et religieux.

La rumba joue également un rôle économique important, car la formation d'orchestres facilite le développement d'une forme d'entrepreneuriat culturel visant à réduire la pauvreté.

C'est une musique accompagnée par des orchestres, des chœurs, des danseurs et des musiciens solistes, qui peuvent être professionnels ou amateurs. La tradition de la rumba congolaise est transmise aux jeunes générations via les clubs de quartier, les écoles de formation et les organisations communautaires.

Au total, 55 demandes ont été examinées par le comité intergouvernemental pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, qui se réunit par vidéoconférence, pour sa 16e session annuelle, du 13 au 18 décembre.

Parmi les autres biens culturels inscrits sur la liste 2021 du patrimoine immatériel de l'Unesco figurent la calligraphie arabe, présentée par 16 pays, dont la Tunisie, la Mauritanie et l'Arabie Saoudite, et le pasillo, chant et poésie de l'Equateur.

S'y ajoutent les pratiques et expressions culturelles liées au m'bolon, un instrument traditionnel à percussion du Mali.

En revanche, le ceebu jën, plat national du Sénégal à base de riz, n'a pas été retenu pour le moment.

Au total, 597 expressions culturelles correspondant à 137 pays ont été inscrites au patrimoine immatériel de l'Unesco.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X