Sénégal: Covid-19 - Les mesures de restriction ont eu des répercussions sur la criminalité dans le monde (DGA Police)

Saly-Portudal (Mbour) — Le Directeur général adjoint de la Police nationale, Modou Mbacké Ndiaye, a signalé jeudi que les mesures prises par les pays du G5 Sahel et le Sénégal pour endiguer la propagation de la Covid-19 ont eu des répercussions sur la criminalité.

"Les mesures prises par les pays notamment ceux du G5 Sahel plus le Sénégal pour endiguer la propagation de la maladie ont eu des répercussions sur la criminalité dans le monde, notamment sur le trafic de migrants et la traite d'êtres humains", a-t-il notamment affirmé.

Selon M. Diagne, si certaines mesures préventives ont permis de faire obstacle, à court terme, à certaines activités criminelles, les passeurs et les trafiquants, ainsi que leurs victimes, ont cherché et trouvé des moyens de les contourner.

Le DGA de la Police sénégalaise présidait, à Saly-Portudal (Mbour), le démarrage des travaux d'un atelier de restitution de "l'étude d'impact de la pandémie de Covid-19 sur la gestion des frontières dans les pays du G5 Sahel plus le Sénégal".

Cette étude est réalisée par l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) et financée par le gouvernement du Japon.

"Les trafiquants ont eu recours à de fausses informations pour convaincre des personnes désespérées de faire appel à leurs services, et ce, pour un coût personnel et financier d'autant plus élevé que les restrictions en matière de déplacements rendent le voyage plus difficile", a fait noter Modou Mbacké Diagne.

Dans le contexte de Covid-19, souligne-t-il, il était devenu "très difficile" de gérer les mouvements migratoires tout en s'assurant que les migrants ne soient pas touchés de façon disproportionnée par la pandémie elle-même, mais aussi par les diverses mesures légitimement prises par les Etats pour y faire face.

"De nombreux gouvernements ont mis au point des solutions innovantes et solidaires pour garantir la prise en compte des migrants, quel que soit leur statut juridique et pour honorer les obligations internationales qui leur incombent même dans ces circonstances exceptionnelles", a-t-il souligné.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X