Congo-Brazzaville: Pénurie d'eau à Brazzaville - Le ministre Honoré Sayi s'explique

Interpellé récemment par les députés au cours de la séance de questions orales au gouvernement avec débat, sur les difficultés rencontrées actuellement dans la fourniture en eau potable dans la ville capitale, le ministre de l'Energie et de l'Hydraulique, Honoré Sayi, a évoqué des causes endogènes et exogènes.

Sur le plan interne, le ministre a épinglé le Projet d'extension en zones périphériques et de renforcement du service public d'eau potable à Brazzaville (PEPS) comme étant l'une des causes principales de perturbations de la desserte d'eau dans la ville. Il a aussi évoqué la vétusté du réseau de distribution existant dans les vieux quartiers de la ville datant de 67 ans avec des canalisations en acier galvanisé et en fontes grises, à l'origine de la dégradation de la qualité de l'eau distribuée, bien qu'elle soit sortie potable de l'usine. Les difficultés d'approvisionnement en pièces dans le cadre des équipements de production et de distribution ; la mauvaise situation financière de la société opératrice sont autant des problèmes que rencontre La Congolaise des eaux (LCDE).

" En effet, la structure financière de la LCDE est déficitaire pour faire face aux différentes contraintes d'exploitation. Cette situation est liée à plusieurs facteurs dont les tarifs et le non-paiement par l'Etat de ses factures ", a expliqué Honoré Sayi.

S'agissant des causes exogènes, il a cité une alimentation en électricité très intermittente. " Nous savons tous que pour faire un pompage d'eau, il faut environ 7 h continues de distribution d'électricité sur les usines. Quand il n'y en a pas, en raison de la multitude des ruptures que nous avons constatées, il ne peut y avoir de l'eau ", a-t-il répondu.

Les autres causes étant le ravinement érosif dans les quartiers périphériques qui met les canalisations à nu et les expose à des destructions surtout lors des passages des véhicules lourds ou par des actes inciviques de certains citoyens ; le défi majeur environnemental constitué actuellement par l'engorgement des prises d'eau des usines par les dépôts de sable et autres déchets solides chargés par les cours d'eau au Djoué et à Djiri. A cela, s'ajoute la forte dégradation de la qualité de l'eau brut suite aux pluies diluviennes occasionnant ainsi des arrêts techniques de production.

Concernant les solutions envisagées, le ministre a annoncé que la ville de Brazzaville bénéficie actuellement, dans le cadre du projet PEPS, de la pose, du renouvellement, de la densification et de l'intensification de plus de 500 km de canalisation dans les quartiers périphériques. Les zones impactées sont Mayanga, Madibou, Mfilou, Sadelmi, Moukondo, Nkombo, Massengo, Académie... Le gouvernement compte aussi sur la réhabilitation en cours de l'ancienne usine de Djoué qui date de 1954.

" Plus de 20 000 nouveaux branchements sont déjà installés chez les usagers dans la ville et la LCDE n'attend plus que le passage des bénéficiaires de ce projet auprès de ses agences pour les souscriptions des abonnements. Par ailleurs, le schéma directeur de l'eau préconise la construction pour le captage d'eau en amont des rivières Djoué et Loua dans la partie sud de Brazzaville ", a conclu Honoré Sayi.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X