Afrique du Sud: La justice a entamé le procès dans l'affaire d'incendie criminel

Le président Cyril Ramaphosa inspecte les dommages des bâtiments du Parlement du Cap.

Le tribunal de la ville sudafricaine du Cap a entamé, mardi, le procès dans l'affaire d'incendie criminel contre le parlement du pays, dans laquelle un homme de 49 ans est soupçonné. C'est ce qu'a fait savoir la chaîne de télévision locale NCA.

La source a diffusé des images du suspect devant le tribunal poursuivi pour vol et incendie criminel. Le juge a décidé de maintenir le suspect Zandile Christmas Mafe en détention jusqu'au 11 janvier. Le tribunal a donc accédé à la demande des enquêteurs de disposer d'un délai supplémentaire pour préparer une réponse à la demande de libération sous caution du suspect. L'accusation a également déclaré que le montant des dommages causés par l'incendie n'a pas encore été établi, ce qui est nécessaire pour déterminer la gravité de l'infraction. Toutefois, le parquet n'a pas exclu que de nouvelles charges puissent être retenues contre le suspect de l'incendie criminel.

Zandile Christmas Mafe avait été arrêté le 2 janvier au sein du Parlement sud-africain. Il a été interrogé par la police pendant quelques heures. Selon les données, il avait pénétré dans le bâtiment du Parlement à environ 2h 00, heure locale. Le feu s'était survenu au sein du Parlement dans trois heures et maîtrisé dimanche matin. Quarante pompiers continuent de travailler sur place. Le feu a presque entièrement dévasté deux sur trois bâtiments du Parlement mais sa célèbre bibliothèque a miraculeusement été épargnée.

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X