Madagascar: La Banque mondiale sanctionne trois entreprises françaises

Siége de la Banque mondiale à Washington

Dans un rapport publié le mardi 4 janvier dans la soirée, l'International Finance Corporation (IFC), une unité de la Banque mondiale, a sanctionné trois entreprises françaises opérant à Madagascar : ADP International (une filiale d'Aéroport de Paris), Colas et Bouygues Bâtiment International.

C'est un soupçon de malversations autour de l'appel d'offres qui a conduit à une enquête menée par la Banque mondiale, puis à des sanctions exposées dans trois communiqués successifs, un pour chaque entreprise.

Les sanctions diffèrent selon le degré d'implication : Colas et sa filiale sont frappés par la sanction la plus lourde. L'entreprise de BTP est exclue pour deux ans de tout projet ou opération financée par les institutions du groupe la Banque Mondiale. ADP est suspendue pour un an, tout comme Bouygues Bâtiment. Par conséquence, elles doivent se retirer du consortium Ravinala Airports dont elles étaient parties prenantes. Un projet auquel l'IFC a participé financièrement en prêtant de l'argent.

Des " pratiques collusoires "

Des sanctions diverses, mais un motif d'accusation identique. Dans le communiqué, les investigateurs mettent en cause des " pratiques collusoires " ce qui signifie une entente secrète. Ces " rencontres abusives avec des responsables gouvernementaux entre le 4 février et le 4 mai 2015 lors de l'appel d'offres pour le contrat de 28 ans pour la concession d'exploitation " détaille l'organisation. Le nouvel aéroport a été inauguré le 16 décembre.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X