Afrique: " Le Cameroun est fier de déclarer qu'il est fin prêt "

interview

Narcisse Mouelle Kombi, ministre des Sports et de l'Education physique, président du COCAN 20-21.

Monsieur le Ministre, à la veille de l'ouverture de la 33e édition de la CAN TotalEnergies 2021 qui va se dérouler du 9 janvier au 6 février 2022, le Cameroun, pays-hôte, est-il prêt ?

La réponse est sans équivoque. A 48 heures du début de la compétition, le Cameroun est fier de déclarer qu'il est fin prêt dans les divers compartiments qui permettent d'organiser matériellement la CAN TotalEnergies Cameroun 2021 conformément au cahier de charges de la compétition et en cohérence avec l'accord-cadre signé avec la CAF. Sur le plan des infrastructures, les voix les plus autorisées de la sphère sportive en général et footballistique en particulier révèlent avec beaucoup d'émerveillement que le Cameroun a consenti de lourds investissements qu'aucun autre pays en Afrique subsaharienne n'a réalisé par le passé. Dans son message à la Nation le 31 décembre 2021, le président de la République, Son Excellence Paul Biya, a évoqué avec beaucoup de pertinence que la préparation de la CAN 2021 a permis la transformation profonde des villes où se disputeront les rencontres de la CAN, contribuant ainsi à l'accélération significative de leur développement.

En effet, à la faveur de l'ambitieux programme d'aménagement du territoire du chef de l'Etat, diverses infrastructures sportives, hôtelières, sanitaires, routières, de communications et de télécommunications ultramodernes ont été mises en place pour la CAN et seront appelées à servir pour la postérité. Parlant particulièrement des infrastructures sportives, 35 stades et terrains d'entraînement d'une très haute valeur technologique ont été construits ou réhabilités, ce qui fait de notre pays, l'un des mieux lotis en la matière et dorénavant un centre de gravité pour l'organisation des événements sportifs d'envergure.

Toutes ces infrastructures sont prêtes sur les six sites pour accueillir les 24 équipes qualifiées et sont depuis quelques semaines sous le contrôle de la CAF. Je saisis d'ailleurs l'opportunité que vous m'offrez pour réitérer au président de la République, la déférente gratitude de la grande famille sportive pour cette œuvre colossale qui illustre de fort belle manière le grand intérêt qu'il accorde à la jeunesse et aux activités physiques et sportives.

Sur le plan événementiel, les membres du COCAN 20-21, mis en place à la faveur du décret du 4 juin 2019 du président de la République, en collaboration avec l'ensemble des structures de supervision sectorielles, travaillent nuit et jour pour une organisation exceptionnelle des activités qui relèvent de leurs compétences, en liaison avec la CAF. Je tiens ici à saluer la collaboration dynamique et permanente avec l'instance faitière du football africain, sous la direction du Dr. Patrice Motsepe dont la vision et l'engagement personnel pour la grande cause sportive panafricaniste constituent un atout majeur pour la consolidation de la vitalité du football continental.

Par ailleurs, à ce jour, les intervenants internes, à savoir les volontaires, les stadiers, les ramasseurs de balles, les hôtesses, les chauffeurs et j'en passe, ont été recrutés, formés et déployés dans les divers domaines fonctionnels dans leurs sites de compétition respectifs. La quasi-totalité des délégations des 24 pays participants, les arbitres, les administratifs de la CAF, les invités et les représentants des médias sont déjà au Cameroun. Les répétitions de la cérémonie d'ouverture se sont intensifiées ces dernières semaines. Pour l'ultime étape de l'organisation, le chef de l'Etat a assigné au COCAN, à travers son important message à la Nation le 31 décembre dernier, d'organiser une CAN exceptionnelle et historique au Cameroun. Cet objectif constitue pour tous les acteurs de l'organisation de la CAN, une précieuse boussole et une exigence incontournable.

Cette compétition à 24 équipes se tient dans un contexte sanitaire particulier, marqué par la persistance de la pandémie du Covid-19. Toutes les dispositions pratiques ont-elles déjà été prises pour le respect scrupuleux du protocole sanitaire que la CAF et le Cameroun ont décidé d'appliquer tout au long du tournoi ?

Depuis la survenue de la pandémie planétaire du Covid-19 qui a eu des répercussions sur les activités sportives à travers le monde, le Cameroun a toujours fait preuve de résilience et de professionnalisme à travers l'organisation sur son sol, de nombreux événements sportifs dans le strict respect des protocoles anti-covid mis en place par le Gouvernement camerounais et les instances sportives internationales. Les expériences accumulées dans l'organisation de ces compétitions permettent de bonifier la gestion du protocole adopté d'accord parties entre la CAF et la partie camerounaise pour la CAN.

En effet, les échanges francs et fructueux entre la CAF, le COCAN, le ministère de la Santé publique et la FECAFOOT ont abouti à la mise en place d'un protocole matérialisé dans le communiqué signé le 16 décembre 2021 qui prévoit, outre la vaccination obligatoire pour tous les spectateurs, la réalisation des tests PCR de 48 heures et TDR de 24 heures ainsi que le port systématique du masque. Le protocole sanitaire de la compétition à l'élaboration duquel s'est voué avec une maestria particulière, le ministère de la Santé publique, sous la coordination du premier Ministre, chef du Gouvernement, a donné à la CAF, des gages crédibles de notre ambitieux plan de riposte sur les six sites. C'est ainsi que la jauge a été arrêté à 80% pour les matches impliquant la sélection du Cameroun y compris la cérémonie solennelle d'ouverture et à 60% pour les autres matches.

Le Gouvernement, soucieux de la sécurité et de la sûreté sanitaires des acteurs et des spectateurs lors de cette compétition a consenti d'énormes sacrifices. Je voudrais exhorter les différents acteurs et les spectateurs à adhérer aux mesures prises afin d'en assurer le plus grand succès.

Qu'est-ce qui est prévu pour faciliter l'accès du grand public aux billets qui seront vendus sur différents sites en ligne et en présentiel ?

Sous la conduite de la Délégation générale à la Sûreté nationale qui supervise le volet billetterie, divers points de vente de billets ont été identifiés sur les six sites, l'objectif étant d'éviter les engorgements. Les fans du football peuvent également acquérir les billets en ligne sur le lien https://cocantickets.com depuis le 5 janvier 2021. Des réglages utiles et nécessaires ont été opérés à l'entame du processus pour en assurer une sécurité optimale.

Les Lions indomptables ont l'ambition de reconquérir, cette fois à la maison, le Trophée qu'ils ont remporté pour la cinquième fois en 2017. L'effectif retenu, le niveau de la préparation et l'état d'esprit au sein de la tanière permettent-ils au peuple camerounais de rêver à nouveau et surtout, d'oublier le douloureux souvenir de 1972 ?

Dans son message à la Nation du 31 décembre dernier, le président de la République a fixé le cap, en exprimant les attentes du peuple camerounais par rapport à l'organisation de la CAN au Cameroun, à savoir faire de cette compétition, la plus belle fête du football jamais organisée sur notre Continent, mais également permettre qu'elle se termine dans l'apothéose le 6 février 2021 à travers le sacre glorieux des Lions indomptables qui doivent donner le meilleur d'eux-mêmes, comme l'a prescrit avec force le chef de l'Etat. A cet effet, aucune énergie ne sera de trop pour porter, apporter, transporter et sublimer les Lions indomptables. La mobilisation et le soutien de tous les Camerounais derrière leur équipe doivent constituer des viatiques nécessaires devant les conduire à un sixième sacre continental.

Des revendications autour des primes ont souvent détérioré l'atmosphère au niveau de l'équipe nationale fanion à quelques heures du début des grandes compétitions. Pouvez-vous rassurer l'opinion que cette fois-ci, tout a été bien réglé ? Qu'est-ce qui est prévu dans les détails afin d'amener les Lions indomptables à se surpasser ?

En liaison avec la Fédération camerounaise de football, diverses concertations organisées ont abouti à la détermination des diverses primes. Les mesures adoptées visent à régler définitivement la question et permettre à l'équipe nationale de se concentrer à l'essentiel qui est le jeu. Les dispositions ont été prises afin que les primes de présence et de participation soient virées dans les comptes des joueurs et des encadreurs avant le début de la compétition. Nous allons assurer cette charge de manière harmonieuse tout au long de la compétition.

Qu'en est-il du volet sécuritaire, particulièrement sur les sites de Limbe-Buea et Bafoussam, proches des zones de crise ?

La sécurité est un domaine important, stratégique et sensible sur lequel je n'aimerais pas m'étendre outre mesure car gérée par des structures spécialisées. Je pourrais tout simplement dire que la sécurité et la sûreté de la prochaine CAN occupent une place de choix dans notre pays sur tous les sites. En ce qui concerne particulièrement le site de Limbe-Buea, je voudrais rappeler qu'il a abrité avec beaucoup de bonheur, toutes les grandes compétitions organisées par notre pays depuis quelques années notamment la CAN féminine en 2016, le CHAN du 16 janvier au 7 février 2021. Il faut y ajouter en athlétisme, l'Ascension du Mont Cameroun baptisée " Course de l'Espoir " qui réunit chaque année à Buéa, des athlètes et des touristes de plusieurs nationalités.

Plus récemment encore, la caravane de la mascotte Mola et la présentation du trophée de la CAN ont connu un succès exceptionnel dans les régions du Sud-ouest, du Nord-Ouest et de l'Ouest voisine du Nord-ouest dans des conditions sécuritaires optimales. C'est dire que les sites de Limbé et de Bafoussam comme les quatre autres sites s'apprêtent à abriter dans la sérénité, les activités relatives à la prochaine CAN. Comme pour les précédentes compétitions, de nécessaires et utiles mesures sont prises par les autorités nationales compétentes, en cohérence avec la CAF, pour que la belle fête du football ne soit perturbée par des forces du désordre généralement extérieures à la famille du football, mais qui profitent de l'extraordinaire exposition de ce sport pour nuire.

Au-delà des contraintes sanitaires et parfois sécuritaires, comment le Comité local d'organisation entend-il faire de cette CAN un grand succès populaire dans les dix régions du Cameroun ?

Bien que se déroulant sur six sites situés dans cinq régions de notre pays, la CAN reste et demeure un événement national. Suivant les très hautes instructions du président de la République, le choix des sites pour abriter la CAN obéit à des critères géoculturels qui ont pour finalité, un maillage de notre territoire en fonction de ses quatre aires culturelles.

C'est ainsi que nous avons Douala, Limbe et Buea qui représentent l'aire culturelle Sawa regroupant les régions du Littoral et du Sud-Ouest ; Yaoundé pour l'aire culturelle Fang-Beti qui englobe les régions du Centre, du Sud et de l'Est, Bafoussam pour l'aire culturelle des Grass-fields qui concerne les régions de l'Ouest et du Nord-Ouest et Garoua pour l'aire culturelle soudano-sahélienne qui englobe les régions du Nord, de l'Adamaoua et de l'Extrême Nord. Au-delà du spectacle sportif, les hôtes du Cameroun auront le privilège de vivre sur chaque site, dans une harmonie de sons, une féerie de couleurs et de lumières, de belles fresques artistiques et culturelles.

Par ailleurs, en dehors des fans-zones dont l'organisation est encadrée par le cahier de charges de la CAF, diverses structures notamment les municipalités ont sollicité et obtenu des accords en vue de l'organisation des villages-CAN où on pourra vivre diverses démonstrations qui célèbreront et valoriseront le Cameroun dans son unité, son indivisibilité et sa diversité, le Cameroun en tant que gisement de trésors artistiques, sportifs et touristiques, en tant que terre de grandes opportunités et en même temps comme Afrique en miniature et foyer ardent de la fraternité et de l'hospitalité africaines.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X