Afrique: Dispositif sanitaire - Le Cameroun paré

Le ministère de la Santé publique a déjà mis sur pied un protocole et un système de gestion d'incident pour une Coupe d'Afrique de nations sans Covid-19.

Déjouer une remontée des cas de contamination Covid ou de toute autre maladie pendant la CAN TotalEnergies 2021. Telle est l'ambition du Cameroun du 9 janvier au 6 février prochains. Pour y parvenir, le gouvernement a mis en place depuis peu, un plan de résurgence au niveau des services techniques. Le ministère de la Santé publique a, pour sa part, activé son système de gestion d'incident.

21 laboratoires de référence ouverts

Le protocole sanitaire imposé par la Confédération africaine de football (Caf) et l'organisation camerounaise conditionne l'accès aux stades de compétition, aux fan zones, aux hôtels des joueurs et des délégations par un pass sanitaire. Un carnet de vaccination anti-Covid sera exigé dans tous ces lieux. Celui-ci sera accompagné, quel qu'en soit les cas, par un test négatif. Un réseau de diagnostic composé de 21 laboratoires de référence s'attelle déjà à servir les populations en temps réel. De plus, un laboratoire indépendant et internationalement de renom effectuera à ce titre, d'après la Caf, les tests sur les joueurs et les encadreurs des équipes. Ceci, afin d'éviter toute forme de trafic de tests. De même qu'un avion-hôpital sera présent au Cameroun pour les cas nécessitant une évacuation sanitaire.

Vaccination anti-Covid intensifiée

L'aménagement des centres d'isolement et l'intensification de la campagne de vaccination s'effectuent depuis le 20 décembre dernier sur l'étendue du territoire national. En même temps, le gouvernement entend renforcer le dispositif de surveillance aux postes de santé, aux frontières et dans les établissements hôteliers abritant les équipes ainsi que les délégations officielles. Les agents de santé comptent scanner toutes les portes d'entrée du pays, qu'elles soient terrestres, maritimes ou aériennes, de façon à avoir le moins de cas positifs possible. Au niveau de la surveillance génomique, quatre laboratoires spécialisés sont mis à contribution. Le pays va continuer de séquencer les échantillons prélevés, même pendant la CAN, dans le but d'orienter son plan de riposte et son protocole de santé.

Services de santé équipés

Au-delà du circuit de prise en charge des patients pour la CAN, les services d'hospitalisation, d'obstétrique, et de réanimation entre autres ont été remis à neuf. Afin de parer à toute éventualité, plusieurs hôpitaux des sites devant abrités la compétition sont désormais équipés de plateaux techniques de qualité permettant de réaliser des prises en charge lourdes et spécialisées. Sans oublier des unités d'imageries fournies en scanners, IRM à haute résolution. Près de 80 ambulances médicalisées acquises pour la cause ont également été mises à disposition. Les centres régionaux quant à eux ont également été équipés en matériels de dernière génération.

Personnel soignant formé

Une série de formation et de renforcement de capacités en médecine d'urgence en vue d'une prise en charge adéquate des cas, aussi bien à l'intérieur de l'hôpital qu'en dehors, vient de s'achever. L'objectif de ce cycle de formation était de procurer au personnel de santé les meilleurs réflexes professionnels et les bonnes pratiques désormais en vigueur. La tutelle prévoit d'ailleurs de rééquilibrer le personnel sur l'ensemble des centres de prise en charge sélectionnés.

Centres de prise en charge Covid en stand-by

Mis en veille depuis quelques mois, le plus grand centre de prise en charge des patients Covid à Yaoundé, logé à l'ancien Orca, pourra accueillir de potentiels nouveaux contaminés pendant et après cette grand-messe du football continental. Tout comme les autres sites de la région du Centre tel que l'Hôpital central, l'Hôpital Jamot, l'Hôpital de Djoungolo et ceux des autres sites d'accueil de la CAN. Le Minsanté est à cet effet en train de renforcer le dispositif en centre de réanimation lourde de 24 lits.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X