Sénégal: Augmentation rapide des cas de Covid-19 - Les Sénégalais toujours réticents à la vaccination

Au Sénégal, la hausse soudaine du nombre de cas de Covid-19 constatée dernièrement remet à l'ordre du jour la problématique autour de la vaccination. On dénote une certaine réticence des populations qui, par crainte d'effets secondaires, rechignent toujours à se faire vacciner.

Alors que les cas de contamination de la Covid-19 sont en hausse considérable à Dakar, les populations font la sourde oreille et restent sceptiques quant à l'efficacité des vaccins. A l'heure où certains Sénégalais ont pris leur courage à deux mains et assument pleinement leur choix, d'autres rechignent à aller se faire vacciner, Il se fait appeler "Grand Père", Mame Sidy à l'état civil, et père de famille dit avoir de multiples raisons pour ne pas s'être fait vacciner. " Je n'ai pas confiance à 100% au vaccin.

Lors des premières doses disponibles du vaccin, l'Afrique était mise à l'écart. Le Madagascar est sorti du lot avec l'Artémisia qui a été rapidement étouffé ", argue-til. Et de poursuivre : " Le Docteur Niang avait même révélé que pour attester de la fiabilité d'un vaccin, il nous faut au minimum 10 ans d'expérimentation. Sur ce, je ne peux pas prendre le risque de me faire vacciner. Même avec la 4ème vague qui semble se profiler à l'horizon, je suis toujours sceptique surtout que certaines thèses avancent que le vaccin peut causer l'infertilité".

A l'image de Mame Sidy, Fatou Kiné Gueye, mère de famille, joue la carte de la prudence. "Une de mes copines s'est faite vacciner, il s'en est suivi des boutons purulents sur tout le corps, de même que ma voisine qui supportait mal les effets du vaccin. C'est ce qui m'a complètement découragé, je ne vous le cache pas, je suis terrorisée à l'idée de me faire vacciner ". Nous l'avons trouvée assise devant chez elle. Fatou Guèye, la quarantaine, s'est fait vacciner à contrario sans hésiter. Pour elle, " en plus des mesures barrières, il est important de se faire vacciner. J'ai déjà pris mes deux doses et jusqu'à présent je n'ai ressenti aucun effet secondaire.

En tant que mère de famille je prends toutes mes précautions pour moi ainsi que pour toute ma famille ". Pascal Fall dénonce pour sa part un laisser-aller des autorités. Pour lui, " la population ne croit pas à l'existence du virus. Je pense de manière générale qu'aucune disposition n'a été prise pour sensibiliser la population. Les autorités ne font rien dans le sens de la communication pour inciter les populations à se faire vacciner ". Mor Guirane d'appuyer les propos de Pascal Fall en dénonçant " une communication inefficace a la limite défaillante ". Face à une hausse du nombre de cas combinée à une baisse du prix du masque, l'alternative au vaccin reste encore le respect strict des gestes barrières.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X