Sénégal/Cameroun: Libre propos - Avertissement !

11 Janvier 2022

L'équipe nationale du Sénégal, décimée par la covid-19, avec un 11 de départ inédit, sans Kalidou Koulibay, Edouard Mendy, Alfred Gomis, Famara Diédhiou, Bamba Dieng, Pape Matar Sarr, mais avec Sadio Mané et Idrissa Gana Guèye, a peiné pour venir à bout d'une teigneuse sélection zimbabwéenne. C'est finalement à la faveur d'un pénalty transformé dans les ultimes minutes des arrêts de jeu par la star sénégalaise, Sadio Mané que les "Lions" vont empocher le gain des trois points. Une victoire importante pour la suite des événements parce qu'elle rapproche le Sénégal des huitièmes de finale.

Toutefois, la prestation des Lions devrait doucher les ardeurs de certains supporters qui voyaient à l'entame de cette compétition les "Lions" sur le toit de l'Afrique. Même si les poulains d'Aliou Cissé peuvent regretter la kyrielle d'occasions vendangées, surtout en première période.

D'abord Bouna Sarr à deux reprises. Puis Sadio Mané. Ensuite Idrissa Gana Guèye. Le match aurait dû être plié dès la première période. Un score de (4-0) ne serait pas du tout volé. Hélas, les "Lions" vont pêcher sur le dernier geste, confondant souvent vitesse et précipitation. Une tare que la sélection nationale traine depuis quelques temps : l'inefficacité offensive. Ce manque de sérénité était surtout visible au niveau de la défense.

A la reprise, Aliou Cissé a procédé à des changements. Le premier a quitté le terrain, c'est Diao Baldé Keïta (64ème minute) qui peine à retrouver la plénitude de ses moyens, depuis 2017. Il sera remplacé par Habib Diallo. Quant à Boulaye Dia, il finira par céder sa place à Pape Guèye (77ème minute) pour densifier le milieu de terrain.

Pour autant, les "Lions" ne réussiront pas à trouver la faille pour dynamiter la défense zimbabwéenne qui s'est recroquevillée sur elle-même. C'est au moment où le stade Kouekong à Bafoussam commençait à se vider de son maigre peuple que l'arbitre Mario Escobar (Guatemala) siffle un penalty (90ème +5) qui sera exécuté d'un contre pied parfait par Sadio Mané.

L'enfant de Bambaly délivre les siens et tout un peuple. Une victoire acquise aux forceps, sans convaincre, qui résonne comme un avertissement. Les "Lions" qui ambitionnent de toucher le graal au soir du 6 février 2022 doivent redoubler d'efforts, de vigilance et surtout d'efficacité. Osons espérer qu'avec les retours de certains cadres le Sénégal sera plus convaincant et rassurant.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X