Libye: Plus de 600 migrants arrêtés à Tripoli

Plus de 350 migrants interceptés par les garde-côtes libyens dans un centre de détention en Libye, en janvier 2018.

Deux ONG s'inquiètent après l'arrestation, ce lundi 10 janvier 2022, de quelques 600 migrants à Tripoli. Ils campaient depuis octobre 2021 devant les bureaux du Haut Commissariat aux réfugiés et faisaient partie d'un groupe de 2 000 personnes raflées lors d'un raid et placées dans un centre de rétention.

Ces migrants étaient restés devant les locaux du HCR à Tripoli, malgré la fermeture de ce centre le mois dernier. La police leur avait demandé de quitté les lieux ce qui avait poussé un premier groupe de 200 personnes à quitter les lieux. Les 600 qui restaient ont, pour leur part, été embarqués dans des bus en direction du centre de rétention officielle de Aïn Zara.

" Nous sommes alarmés par la détention de centaines de migrants, réfugiés et demandeurs d'asile, dont des femmes et des enfants ", a déclaré Dax Roque, du Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC) dans un communiqué. L'organisation humanitaire, citant des témoins sur place, a affirmé que l'opération d'évacuation menée tôt lundi était " musclée " et que les tentes et abris de fortune des migrants avaient été incendiés devant ce centre que le HCR a fermé en décembre. " Nos équipes médicales ont secouru des personnes blessées lors des arrestations de ce matin, dont une personne blessée par balle ", a pour sa part indiqué Thomas Garofalo, directeur pour la Libye de l'International Rescue Committee (IRC), cité dans le même communiqué.

Together with @rescueorg, we urge the international community to immediately expand resettlement and other safe and regular pathways for refugees, asylum seekers and other migrants who wish to leave #Libya. https://t.co/4itgD4I1Y2

-- NRC (@NRC_Norway) January 10, 2022

Les deux ONG en appellent aux autorités libyennes pour " libérer immédiatement les personnes détenues et les protéger des nouvelles violences ". En effet, la situation n'a fait qu'empirer depuis l'année dernière dans les centres de rétention où les conditions déplorables ont été dénoncées par l'ONU et des ONG à des multiples reprises.

Selon le HCR, une partie de ces migrants campaient ici pour demander leur évacuation. En 2021, seulement 1 600 personnes ont été évacués de la Libye. Joint par téléphone, Jean-Paul Cavalieri, le chef de la mission du HCR en Libye, affirme que son organisation a aidé entre 2 et 3% de ces migrants à s'établir en Libye avec des papiers et un travail. Un effort qui, selon lui, " demande beaucoup de temps ".

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X