Somalie: Au moins 10 morts suite à un attentat suicide

Voiture piégée à Mogadiscio.

Au moins 10 personnes ont été tuées et neuf autres blessées mercredi dans un attentat suicide à la voiture piégée visant un convoi de sécurité du gouvernement sur une route menant à l'aéroport de la capitale somalienne, Mogadiscio, selon des témoins et des responsables.

"Une énorme explosion assourdissante a envoyé des panaches de fumée dans le ciel et a détruit les bâtiments voisins et les voitures garées le long de la route", a déclaré à des journalistes sur place un témoin oculaire, Aden Nur, conducteur d'un taxi motorisé à trois roues.

"Le choc de l'explosion a touché les murs et le toit d'un restaurant voisin et j'ai pu voir les cadavres d'au moins cinq personnes", a déclaré à VOA Osman Salah, un autre témoin.

L'explosion s'est produite près d'un poste de contrôle menant au périmètre fortement fortifié de l'aéroport. Le maire adjoint de Mogadiscio, Ali Yare Ali, a déclaré avoir survécu à l'attaque de mercredi, sans donner plus de détails.

"J'ai survécu à l'attaque, et je peux confirmer qu'au moins 10 personnes ont été tuées. Nous fournirons plus de détails plus tard", a déclaré Ali.

Des sources proches du gouvernement ont déclaré à VOA que le convoi appartenait à une société de sécurité privée, et on ne savait pas immédiatement qui se trouvait avec le convoi.

D'autres témoins de la scène ont déclaré qu'un convoi de l'ONU qui passait semblait être la cible de l'attentat suicide. Le fondateur du service d'ambulance Aamin, Abdulkadir Adan, a déclaré que son équipe avait transporté les corps d'au moins huit personnes et neuf blessés.

Le groupe militant al-Shabab a revendiqué la responsabilité de l'attentat, affirmant qu'il visait un convoi escortant des responsables gouvernementaux et étrangers somaliens.

L'ambassade des États-Unis à Mogadiscio a condamné l'attaque. "Les États-Unis condamnent fermement l'attaque terroriste d'aujourd'hui à Mogadiscio. Nos pensées vont aux victimes et aux familles de ceux qui ont été tragiquement tués et blessés", a tweeté l'ambassade.

L'explosion de mercredi est survenue quelques jours seulement après que les dirigeants somaliens ont convenu d'un nouveau calendrier pour des élections longtemps retardées, dans un contexte de crise politique accrue et de querelle entre le Premier ministre Mohamed Hussein Roble et le Président Mohamed Abdullhi Farmajo.

Les élections en Somalie ont dépassé plusieurs échéances pour se terminer avec moins de 10 % des parlementaires somaliens de la chambre basse élus. Les États-Unis ont appelé mardi les dirigeants somaliens à mener les élections du pays à leur terme ou à faire face à des restrictions.

"Enfin, les États-Unis prennent note de la décision prise le 9 janvier par le Conseil consultatif national de Somalie d'achever les élections parlementaires du pays, attendues depuis longtemps, avant le 25 février de cette année", a déclaré le porte-parole du département d'État, Ned Price, dans un communiqué.

"Nous appelons tous les dirigeants des États membres nationaux et fédéraux de Somalie à respecter le calendrier nouvellement convenu et à corriger les irrégularités de procédure qui ont entaché le processus jusqu'à présent", a-t-il ajouté.

"Les élections en Somalie ont pris plus d'un an de retard, et le 8 février marquera le premier anniversaire de l'expiration du mandat du président. Les États-Unis sont prêts à utiliser les outils pertinents, y compris éventuellement des restrictions en matière de visas, pour répondre à de nouveaux retards ou à des actions qui portent atteinte à l'intégrité du processus", a-t-il ajouté.

Par le passé, le groupe al Shabaab, lié à Al-Qaïda, a assumé la responsabilité d'attaques similaires.

Le groupe vise à renverser le gouvernement central et à imposer une interprétation stricte de la loi islamique. Il mène fréquemment des attaques à l'arme à feu et à la bombe contre des cibles sécuritaires et gouvernementales, mais aussi contre des civils. Il mène également des attaques contre les troupes de maintien de la paix de l'Union africaine.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X