Madagascar: Vœux à Iavoloha - Les évêques prônent le dialogue

La conférence des évêques a présenté ses vœux au président de la République. Elle privilégie le dialogue dans tout différend.

Le dialogue. Cette démarche a été martelée par monseigneur Marie Fabien Raharilambo-niaina, évêque de Morondava et président de la Conférence des évêques de Madagascar (CEM). Le dialogue qui, outre la présentation des vœux du nouvel an, est la raison de la visite faite par les membres du bureau de la CEM au président de la République, au palais d'État d'Iavoloha, mardi.

Selon les explications de monseigneur Raharilambo-niaina, cette présentation des vœux du nouvel an au chef de l'État était programmée avant le début de la session des réunions de la Conférence évêques. "Nous lui avions également parlé des faits que nous constatons dans nos diocèses respectifs. Il s'agit de profiter de ce t échange direct avec le Président pour lui parler de ce qui se passe et entendre directement ses explications", a déclaré le prélat.

"Mieux vaut dialoguer qu'échanger par médias interposés. Le dialogue permet de changer la façon de voir les choses", ajoute l'évêque de Moron-dava. Cette visite a aussi été l'occasion pour la CEM de faire part au locataire d'Iavo-loha d'un message adressé par le pape François à tous les chefs d'État du monde. Un message qui préconise que "le dialogue soit privilégié dans la recherche du bien commun". Trois domaines sont particulièrement soulignés par le saint Père. Il s'agit de l'éducation, de la sécurité et de l'accès à l'emploi.

Une invitation du pape François au président de la République pour une visite officielle au Vatican a, également, été portée par la délégation de la CEM venue à Iavoloha, hier. À l'issue de la rencontre avec Andry Rajoelina, les représentants du bureau de la Conférence des évêques de Madagascar n'ont pas échappé à la question sur le sujet polémique du moment.

Changement de plan

Sur la question du projet de construction de transport par câble à Antananarivo, l'évêque de Morondava a mis en avant les bienfaits du dialogue. Tout en évitant de plonger à pieds joints dans la polémique, toutefois, le président de la CEM oriente vers l'archidiocèse d'Antananarivo. "Le projet est prévu se faire à Antananarivo et dépend donc du diocèse d'Antananarivo. (... ) L'église catholique est toujours prête à travailler avec ceux qui veulent développer le pays", soutient mon seigneur Raharilamboniaina.

Le président de la CEM a ajouté qu'il y a déjà eu un dialogue entre l'archevêché d'Antananarivo, les entités religieuses concernées par la mise en place d'infrastructures inhérentes au projet de transport par câble et les responsables étatiques. "Il y a déjà eu un consensus, soyons patients", lance le président de la CEM.

L'éventualité de l'édification d'un des pylônes devant soutenir les câbles et les cabines du téléphérique dans l'enceinte du collège jésuite de Saint- Michel, à Amparibe, a déclenché de vives contestations qui ont débridé ceux qui s'opposent au projet en entier. Peu avant la visite du bureau de la CEM à Iavoloha, Gérard Andriama-nohisoa, secrétaire d'État chargé des nouvelles villes et de l'habitat, a tenu une conférence de presse, à Maha-masina.

Le membre du gouvernement a fait part d'une rencontre avec l'association des jésuites et des autres congrégations concernées par la pose d'une infrastructure inhérente au projet téléphérique.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X