Afrique: L'Algérie pour une transition courte au Mali

12 Janvier 2022

Après la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest, la France, les Etats-Unis, l'Algérie aussi a demandé à la junte militaire de raccourcir la durée de la transition.

Tous ces acteurs, réclament l'organisation rapide des élections générales qui devraient consacrer le retour des civils au pouvoir. L'Algérie, garante de l'Accord de paix et de réconciliation au Mali, signé en 2015 à Alger, encourage les militaires maliens à "une attitude responsable et constructive".

Elle juge ainsi "raisonnable et justifiable" une période de transition d'une durée de douze à seize mois. Le président Emmanuel Macron a déclaré que la France et l'Union européenne, dont son pays assure la présidence tournante, soutenaient la "position très claire et ferme" de la Cédéao face aux "dérives de la junte". Avant d'annoncer d'autres sanctions en perspective.

Comment expliquer cette attitude de l'Algérie ? Cliquez sur la photo (ci-dessus), pour écouter l'économiste et analyste politique Gilles Yabi. Il est le fondateur du cercle de réflexion Wathi, basé à Dakar au Sénégal.

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X