Sénégal: Résurgence de la violence électorale - Quand la campagne dérape !

13 Janvier 2022

Affrontements frontaux entre partisans de Yewwi et Benno à Guédiawaye au premier jour de la campagne électorale, échauffourées à Mbour entre pro-Sira Ndiaye et pro-Abdoulaye Tall, accrochages entre militants de camps rivaux dans le département de Dagana : les exemples foisonnent pour conforter le retour des démons de la violence dans l'arène politique. Et cela, malgré les diverses initiatives et appels de toutes sortes lancés pour garantir un climat apaisé et serein pour des élections municipales et départementales normées.

Les démons de la violence électorale ont refait surface, de manière ouverte, dans la campagne électorale pour les élections locales du 23 janvier prochain. Déjà, aux premières heures de cette campagne devant permettre de renouveler les mandats du pouvoir décentralisé, dans plus de 550 collectivités locales du Sénégal, les oppositions entre camps rivaux ont été frontales dans bien de zones du pays, sur fond de bagarres et d'échauffourées.

La ville de Guédiawaye a été la première à déclencher les hostilités avec d'âpres affrontements entre partisans du maire sortant, Aliou Sall de Benno Bokk Yaakaar, et ceux du candidat à la mairie Ameth Aïdara de Yewwi Askan Wi. Ces heurts qui ont donné le top départ des violences physiques dans cette campagne électorale ont été relayés par les hostilités déclenchées à Mbour. En effet, dans la nuit du dimanche au lundi, de vives altercations sont survenues au quartier Tefess, entre les militants de Me Abdoulaye Tall, candidat de Yewwi Askan Wi, et ceux de la députée Sira Ndiaye de la coalition Benno Bokk Yaakaar. Au bout du compte, plusieurs militants des deux camps ont été blessés dont 2 graves. Aux dernières nouvelles, des plaintes étaient en cours, aussi bien du côté de la députée de la majorité présidentielle que de Pastef-Les Patriotes.

Dans ce déferlement d'oppositions physiques entre rivaux politiques, le département de Dagana n'a pas été en reste. Selon certaines informations, des militants des maires sortants des communes de Gnith et de Dagana se sont affrontés à ceux de l'opposition. Des batailles rangées qui ont occasionné là aussi quelques blessés et des dégâts matériels dans les différents camps. Que dire en outre de l'agression physique dont a été victime, à Kaolack, le cameraman de " Andu Nawle And Ligguey " du candidat à la mairie Serigne Mboup. Une situation assez inquiétante qui a poussé le candidat à la mairie de Dakar, Pape Diop de Bokk Gis Gis, à organiser une caravane dite de la paix à Dakar. " Depuis des jours, nous avons noté des violences dans l'arène politique, qui ont causé beaucoup de dégâts et de blessés. Raison pour laquelle aujourd'hui, nous avons décidé de faire une caravane de la paix", a laissé entendre avant-hier, mardi, le candidat Pape Diop accompagné d'une forte délégation pour rendre visite au porte-parole de la communauté layène, Serigne Mouhamadou Lamine Laye.

Cinq jours seulement après le démarrage officiel de la campagne électorale pour le scrutin municipal et départemental du 23 janvier prochain, force est ainsi de relever que les divers appels et initiatives des guides religieux, des personnes de bonne volonté, des mouvements citoyens comme de la société civile à une campagne sans violence n'ont pas eu l'effet escompté. Parmi ces initiateurs, on note particulièrement le Cadre unitaire de l'Islam et des organisations de la société civile, porteuse d'une charte dite de non-violence et dont la signature par les partis politiques et autres acteurs est d'ailleurs attendue ce jour, jeudi. Etant entendu que la dernière mouture de cette charte a été finalisée et est soumise aux acteurs politiques dans la journée pour validation et paraphe. A l'exception notable cependant de la coalition Yewwi Askan Wi (Yaw) qui a fait état de ses récriminations vis-à-vis de la démarche et du fait que le pouvoir est à l'origine des violences notées dans le pays.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X