Congo-Kinshasa: C'est le moment...

Combattre les vieux démons de la dictature en République Démocratique du Congo, ils l'ont fait durant près de quatre décennies, dans l'opposition, aux côtés du Sphinx de Limete d'heureuse mémoire.

Militer pour les intérêts de congolais, ils l'ont fait, sans lésiner le moindre effort, jusqu'à l'accession de Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo à la magistrature suprême, le 24 janvier 2019. Cadres et Hauts cadres de l'Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), c'est bel et bien ces hommes qui portent le fardeau de vivifier le leitmotiv "Le peuple d'abord", testament de Feu Etienne Tshisekedi wa Mulumba.

Mais, malheureusement, ils offrent aux yeux du monde des séquences spectaculaires et des scènes obscènes, ternissant ainsi l'image de l'UDPS, parti au pouvoir. Tantôt, des conseillers à la Présidence et hauts cadres du parti se livrent verbalement aux accrochages, tantôt ces mêmes conseillers et autres proches du Chef de l'Etat ont sur les épaules des dossiers de malversations financières.

La scène qui s'est déroulée dans la nuit de mercredi à jeudi dernier à Kingabwa, au domicile du Président a.i de l'UDPS, Jean-Marc Kabund, où des éléments de la Garde Républicaine ont tout vandalisé, est révélatrice d'un cycle d'altercations sans précédent entre les proches du Président de la République. Et, très rationnellement, pour y faire face, le schéma indispensable reste un dialogue des vérités et de réconciliation, à l'interne, car les signes visibles du temps ont démontré suffisamment qu'il est venu, pour les cadres du parti au pouvoir, le moment de mettre de côté tous les titres, grades et qualités pour se mettre autour d'une table afin de bannir l'élan de tous ces dérapages. Le bien-fondé d'un tel dialogue, c'est que celui-ci sera à la fois préventif et curatif.

C'est-à-dire, les frustrations déjà installées au sein du parti à la suite de la suspension de certains cadres-conseillers à la Présidence de la République, comme Marcelin Bilomba, Conseiller spécial du Président en matières économiques, seront mises en berne et tout esprit conflictuel sera chassé au nom du Président Félix Tshisekedi, en perspective de prochaines élections. Sinon, il y a des matières en abondance pour 2023, au profit de potentiels candidats qui tiennent mordicus à damer le pion à l'UDPS. C'est le moment...

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X