Congo-Brazzaville: Congo-RCA - lancement des travaux de la fibre optique sous-fluviale

Les travaux d'installation du réseau à fibre optique sous-fluviale entre le Congo et la République centrafricaine (RCA) ont été lancés, le 14 janvier à Brazzaville, lors de la cérémonie d'inauguration de la barge motrice chargée d'effectuer cette tâche, en présence du ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie numérique, Léon juste Ibombo.

D'une superficie de 576 m2, la barge motrice est composée de quatre motos-propulseurs autonomes d'une capacité chacune de 150 KVA; deux motopompes d'une capacité de 7000 litres par minute ; d'un jetting et d'une charrue pour effectuer les fouilles; de deux cuves à gasoil d'une capacité de 7500 litres chacune ; deux groupes électrogènes de 65 KVA ; deux treuils de onze tonnes ; trois conteneurs contenant trente-deux lits, un conteneur cuisine et un conteneur toilette

Selon le coordonnateur du projet Central african backbone (CAB), Michel Ngakala, les travaux du lot 2, Congo - RCA, consistent en la pose de 285 Km de fibre optique sous-fluviale, renforcée en acier, afin non seulement d'accroître son efficience mais aussi de permettre qu'elle se pose sur le lit du fleuve. En effet, l'installation de cette fibre optique sous-fluviale sera assurée par les sociétés chinoises Huawei et China communications services international (CCSI).

" J'ai une double satisfaction ce jour, tout d'abord, après avoir achevé les travaux de construction du réseau en fibre optique reliant le Congo et le Cameroun, le projet CAB a atteint aujourd'hui une des phases les plus critiques et importantes de sa concrétisation en ce qui concerne les travaux de pose de la fibre optique entre le Congo et la République centrafricaine. Je parle, bien entendu, de la construction de la barge, celle-là même qui va non seulement servir de base vie, mais aussi d'outil, pour les travaux de pose de la fibre sous-fluviale. Cela est la résultante de plusieurs mois de travail rigoureux effectué par notre constructeur CCSI ", s'est-il réjoui.

Pour lui, cette barge motrice va non seulement naviguer dans les eaux congolaises, mais également dans les eaux centrafricaines. Il s'agira de poser environ 140 Km de fibre dans le territoire congolais et environ 145 Km dans le territoire centrafricain. Cette barge a pris le départ le 15 janvier à destination de Ouesso qu'elle atteindra approximativement dix jours après de navigation. Après une phase de calibrage, les techniciens commenceront par effectuer la pose de la fibre optique entre Pokola et Ouesso, soit environ 42 Km de fibre en un seul tenant.

De son côté, le ministre Léon Juste Ibombo a signifié que le lancement de ces travaux est une grande étape d'intégration sous-régionale car les spécificités de cette barge font que ce sera une première en Afrique. " Nous sommes venus lancer les travaux de construction du réseau à fibre optique entre le Congo et la RCA, sachant qu'il y a une grande partie de la frontière entre les deux pays qui est sous eaux. Cette barge contient le matériel nécessaire pour pouvoir effectuer les travaux d'interconnexion en fibre optique entre nos deux Etats. Dans ce grand projet d'intégration sous-régionale, il s'agit pour nous d'avoir des autoroutes de l'information qui nous permettent de ne pas utiliser les autoroutes internationales de haut débit en réseau fibre optique ", a-t-il indiqué.

A son tour, le directeur général de la société CCSI, Yang Wei Jun, a déclaré:" Aujourd'hui, nous allons commencer la section fluviale Congo - RCA de Pokola jusqu'à Salo. La barge est prête à démarrer. Bien que la pandémie de covid-19 soit toujours en cours et que divers variants menacent toujours nos vies, nous espérons qu'avec les soutiens de vous tous le projet de câble fluvial sera mis en œuvre avec succès. Nous attendons avec impatience sa bonne mise en œuvre pour contribuer à l'intégration de l'Afrique centrale ".

Notons que la date de fin des travaux de cette interconnexion est estimée au troisième trimestre de cette année. CAB est un projet sous-régional, né de la volonté des chefs d'Etat de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale. Il a pour but de mettre le numérique au service de la population, par le désenclavement des départements et en favorisant l'inclusion numérique. Dans sa phase actuelle, il se déroule avec le concours de la Banque africaine de développement.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X