Gabon/Ghana: CAN 2022 - Le fair-play, idéal presque illusoire dans le football moderne

La fin du match entre le Gabon et le Ghana (1-1), vendredi 14 janvier, a été émaillée par des incidents nés d'une action polémique sur le terrain : les Panthères n'ont pas rendu le ballon aux Blacks Stars et ont égalisé. Entre l'esprit sportif et l'enjeu sportif, difficile de choisir son camp.

De notre envoyé spécial à Yaoundé,

Une défaite face au Maroc, un match nul concédé face au Gabon dans les dernières minutes... Cette Coupe d'Afrique des nations 2022 commence bien mal pour le Ghana. Vendredi, au stade Ahmadou-Ahidjo, les Black Stars ont longtemps mené au score face aux Panthères. André Ayew avait ouvert le score au quart d'heure de jeu.

Et puis, est arrivée cette 88e minute. Les Ghanéens, qui cherchaient à gagner du temps, ont sorti le ballon en touche, le temps que l'on soigne l'un des leurs. Au moment de reprendre le match, les règles du fair-play veulent que le Gabon redonne le ballon à son adversaire, puisque ce dernier l'avait dans ses pieds avant de le mettre dehors volontairement.

Mais les Panthères l'ont gardé et ont attaqué. Guelor Kanga a transmis le cuir à Jim Allevinah, et l'ailier du Clermont Foot a inscrit le but de l'égalisation d'une frappe bien placée du gauche.

Calendrier, résultats des matches et classement des équipes

" On aurait dû rendre la balle "

Ulcérés, les Ghanéens ont protesté. En vain. Dans les règles officielles, les Gabonais n'ont commis aucune faute. Lahlou Benbraham, l'arbitre algérien, n'a pu que valider ce but. Au coup de sifflet final, la tension est encore montée d'un cran : des échauffourées entre joueurs ont éclaté et le Ghanéen Benjamin Tetteh a été expulsé pour avoir frappé Aaron Boupendza. L'arbitre, lui, a dû regagner les vestiaires entouré par le service de sécurité.

Quelques minutes plus tard, Bruno Ecuele-Manga ne s'est pas caché " Pour être honnête, on aurait dû rendre la balle ", a-t-il assumé. " Bien sûr, je comprends la déception des Ghanéens. J'ai un peu parlé avec André (Ayew). Je lui ai dit qu'on aurait dû leur rendre la balle. Après, c'est le jeu ", a poursuivi le capitaine gabonais.

De toute évidence, le défenseur est partagé entre le résultat comptable - le Gabon est deuxième du groupe C avec 4 points, le Ghana est troisième avec 1 point - et la manière avec laquelle ce match nul a été arraché. " On est vraiment dégoûté pour les Ghanéens ", a-t-il même lâché.

" Si vous n'êtes pas fair-play, pourquoi nous serrer la main ? "

Si Bruno Ecuele-Manga se veut compréhensif, la réciproque est aussi vraie chez certains Ghanéens. Abdul-Rahman Baba ne " blâme pas " les Panthères pour leur attitude quelques secondes avant l'égalisation. " À la 90e minute, je ne crois pas que beaucoup d'équipes joueraient fair-play. Le fair-play est mis de côté. C'est le football ", estime-t-il.

Remplacé à la 65e minute, le défenseur des Black Stars n'était pas au cœur de la bagarre au moment où elle a commencé après la fin de la rencontre. " Je crois que certains joueurs du Gabon ont voulu nous serrer la main ", dit-il. Et là, la question du fair-play revient sur le tapis, avec un avis bien tranché : " Si vous n'êtes pas fair-play pendant le match, pourquoi nous serrer la main après ? "

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X