Soudan: Le personnel médical dénonce les violences commises par les forces de sécurité

Au Soudan, après la manifestation du jeudi 13 janvier contre le régime militaire qui s'est soldée par de nouvelles violences, médecins et personnel médical dénoncent les exactions commises par les forces de sécurité.

Au moins un manifestant est décédé durant les manifestations du jeudi 13 janvier à Khartoum et de nombreux autres ont été blessés. Les médecins dénoncent également les violences et pressions dont le personnel hospitalier fait l'objet. Durant le rassemblement de jeudi, les forces de sécurité ont encerclé pendant quelques heures l'hôpital d'Elabeen à Omdurman, explique Bashair Abdelrahman, le porte-parole de l'Association des médecins soudanais : " L'autre jour les forces de sécurité ont entouré l'hôpital pendant plusieurs heures, puis ils sont partis. ils n'ont pas tiré de gaz lacrymogène, ils ne sont pas rentrés dans l'établissement. Ils ont juste empêché ceux qui étaient blessés de rentrer dans l'hôpital. Et n'ont arrêté personne. "

" Ils arrêtent même les ambulances "

" Ce n'est pas la première fois, dit encore cet homme, cela arrive souvent, des fois ils arrêtent même les ambulances. Début janvier ils ont arrêté une ambulance qui transportait quelqu'un de gravement blessé au cou. Les ambulanciers ont dû sortir la personne pour essayer d'atteindre l'hôpital, heureusement, une voiture s'est arrêtée et a emmené le patient. "

Du gaz lacrymogène dans la salle des urgences

" Des fois, les forces de sécurité rentrent dans les hôpitaux à la recherche de manifestants blessés pour les arrêter, et ils arrêtent même le personnel soignant. C'est arrivé le 25 décembre, ils sont entrés dans un hôpital, ont lancé des gaz lacrymogènes dans la salle des urgences. Ils ont battu le personnel, des patients, puis ils les ont insulté. Ils les menaçaient pour leur faire peur et pour qu'ils arrêtent de soigner les manifestants ", termine le porte-parole de l'Association des médecins soudanais.

► À lire aussi : Manifestations au Soudan: au moins deux morts, dont un général de la police

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X