Cameroun: CAN Total Energies 2021 - Securité renforcée, des sécessionnistes neutralisés par l'armée

6 Janvier 2022

Une opération de ratissage par voie terrestre et aérienne menée samedi par l'armée dans un campement de séparatistes dans la localité de Bokwango dans la région du Sud-ouest, a permis de tuer deux séparatistes, récupérer plusieurs armes, des munitions et de la drogue , souligne l'officier Bonjo en service au Sud-Ouest du Cameroun.

Cet officier de l'armée camerounaise indique qu'un autre ratissage mené par son équipe, samedi, dans la localité de Limbe, toujours dans le Sud-ouest, fait état de trois arrestations dans les rangs des séparatistes.

" Trois assaillants ont été arrêtés, leur camp détruit, des fusils, des charges explosives et des munitions récupérés".

Aucune perte n'a été enregistrée du côté des forces de l'ordre, selon la même source

Il convient de noter que des menaces ont été lancées avant le coup d'envoi de la CAN 2021. Les groupes armés séparatistes menacent d'attaquer et ont envoyé des lettres de menace aux équipes du groupe F (Tunisie, Mali, Mauritanie et Gambie).

Le dispositif securitaire renforcé

Le dispositif sécuritaire autour des équipes séjournant dans la région du Sud-Ouest a été renforcé. Nous l'avons encore vu jeudi dernier, avec la délégation Gambienne. Partie du Parliamentarian Flats Hôtel, pour le Molyko Omnisport Stadium, le bus des Scorpions fut escorté par deux blindés (un à l'avant, et l'autre à l'arrière), sans oublier des véhicules banalisés et mêmes des voitures peintes en couleur de taxi (Jaunes) qui jonchaient le parcours des Gambiens.

Pour les nations basées à Limbe, elles sont toujours convoyées par plusieurs militaires lourdement armés.

Brahim Sow Deïna, le responsable de la communication de la Mauritanie dit avoir " l'impression " qu'il y a plus de soldats devant leur hôtel que par le passé.

Au-delà de la protection des équipes de football du groupe F de la Can Total Energies 2021, les villes de Limbe et Buea sont totalement militarisées. Il suffit d'y faire un tour au niveau des carrefours, et le long de certaines routes,pour se retrouver nez à nez avec des militaires, armés tous de fusil d'assaut. On y aperçoit aussi des pick-up équipés de mitrailleuses.

Sur les routes, les véhicules des forces armées et de maintien de l'ordre vont et viennent. Dans le ciel, un hélicoptère militaire ratisse parfois la zone à plusieurs reprises. Des contrôles de routines sont improvisés .

La circulation est dense à Limbe et à Buea, avec des populations qui vaquent à leur occupation. Des gadgets de la CAN ont envahi les rues et les commerces.

Une fois la nuit tombée, les bars et autres lieux de distraction accueillent des populations qui ne semblent pas vraiment apeurées. L'on dirait sans toutefois prendre le risque de se tromper que la présence de l'armée rassure plus qu'elles n'inquiètent les habitants.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X