Soudan: La mobilisation contre le pouvoir putschiste continue, les médias visés par les autorités

Un manifestant brandit le drapeau soudanais, à Khartoum, la capitale du Soudan.

Dimanche 16 janvier, des médecins ont protestés contre les attaques d'hôpitaux par les forces de sécurité pendant les manifestations. Et la société civile appelle à descendre à nouveau dans la rue ce lundi 17 janvier pour protester contre le régime militaire alors que les autorités ont retiré, samedi, l'accréditation d'Al Jazeera Mubasher, une des chaines du groupe qatari.

Ainsi que celles de deux de ses correspondants sur place. Spécialisée dans la retransmission d'événements en direct, faisant du tout images, sans commentaires, la chaîne avait suivi les manifestations anti-putsch des derniers mois. Des manifestations réprimées dans le sang, qui ont fait 64 morts à ce jour. Le ministère de l'Information a dénoncé, samedi, dans une lettre une couverture " non professionnelle " des événements au Soudan sur la chaîne d'Al Jazeera.

Pour justifier sa fermeture, le ministère de l'information accuse la chaîne de télévision qatarie d'une couverture médiatique qui " déchire le tissu social soudanais ". Et, ce faisant, " nuit aux intérêts du pays et à sa sécurité nationale ".

Décision vivement dénoncée

Une décision qui a été vivement dénoncée. L'ambassade américaine à Khartoum l'a qualifié dimanche de " pas en arrière pour la liberté de la presse ". C'est une " intimidation " selon Al Jazeera, qui a appelé sur Twitter les autorités à autoriser son équipe à reprendre le travail. Le réseau des journalistes soudanais, lui, dénonce un " harcèlement continu contre les journalistes " visant à " étouffer la vérité ".

D'autres attaques contre la presse

Ce n'est pas la première attaque contre la presse depuis le coup d'état du 25 octobre. Mi-novembre 2021 déjà, le chef du bureau d'Al Jazeera à Khartoum avait été détenu pendant trois jours. Sans aucune charge. Fin décembre, deux journalistes d'une télévision saoudienne avaient aussi été brièvement détenus. Et le bureau d'une autre chaîne avait été attaqué par des officiers, ses équipes tabassées et ses équipements saisis.

Plusieurs journalistes ont aussi rapporté depuis avoir été arrêtés ou attaqués alors qu'ils couvraient les manifestations anti-putsch.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X