Afrique de l'Ouest: Mort d'Ibrahim Boubacar Keïta au Mali - Vers des obsèques nationales

L'ancien président malien Ibrahim Boubacar Keïta est mort dimanche matin à son domicile privé de Bamako. De nombreux messages et gestes de compassion. La junte qui l'avait renversé IBK en 2020 doit communiquer sur l'organisation d'obsèques nationales.

Peu après l'annonce de la mort de l'ancien président malien Ibrahim Boubacar Keïta, dit IBK, la junte a rendu public un communiqué pour saluer la mémoire de l'illustre disparu. Ensuite, huit ministres maliens ont accompagné nuitamment le chef du gouvernement au domicile du défunt pour présenter les condoléances à sa famille.

Quelle cérémonie funéraire ?

Désormais, c'est un autre communiqué du gouvernement qui est attendu. Il doit porter sur les informations relatives à la cérémonie funéraire. Les obsèques devraient avoir lieu avant la fin de cette semaine, probablement jeudi ou vendredi. Du monde est attendu, d'abord de l'intérieur du pays, mais également de l'extérieur.

Discussions en cours

À cette occasion, les autorités maliennes ne cachent pas que l'ancien président aura droit à la reconnaissance de la nation. Un hommage officiel lui sera donc rendu par les auteurs du putsch qui l'a renversé en août 2020. On ne sait pas encore exactement les détails et sous quelle forme. Des discussions sont en cours avec la famille de celui qui a gouverné le Mali de 2013 à 2020.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X