Maroc: Flambée des prix et inflation - La paire qui fait peur

L' année 2022 sera-t-elle celle de la baisse des prix des denrées alimentaires ? "Pas certain". Le coût élevé des intrants, la pandémie mondiale en cours et les conditions climatiques de plus en plus incertaines laissent peu de place à l'optimisme quant à un retour à des conditions de marché plus stables, même pour l'année en cours, a assuré dernièrement Abdolreza Abbassian, économiste principal à l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO). Une mauvaise nouvelle pour plusieurs ménages vu que les prix des produits alimentaires en 2021 ont été en moyenne nettement plus élevés par rapport à 2020. L'indice FAO des prix des produits alimentaires a atteint une moyenne de 133,7 points en décembre, soit une baisse de 0,9% par rapport à novembre et une hausse de plus de 23% par rapport à décembre 2020. Pour l'ensemble de l'année 2021, la moyenne de l'indice FAO des prix des produits alimentaires s'est établie à 125,7 points, soit 28,1% de plus que l'année précédente.

En détail, l'agence onusienne, basée à Rome, a indiqué que les produits laitiers ont affiché une hausse mensuelle en décembre qui s'est élevée à 1,8% par rapport au mois précédent.

Les cotations internationales du beurre et des poudres de lait ont ainsi augmenté dans un contexte de baisse de la production laitière en Europe occidentale et en Océanie. Seuls les prix du fromage ont légèrement baissé, reflétant une préférence pour les producteurs laitiers d'Europe occidentale. En 2021, l'indice FAO des prix des produits laitiers était en moyenne 16,9% plus élevé qu'en 2020.

Concernant les prix des céréales, ils ont diminué de 0,6% par rapport à novembre en conséquence d'un contexte d'amélioration des approvisionnements suite aux récoltes de l'hémisphère sud, la baisse des cotations à l'exportation du blé ainsi plus que compensée par la fermeté des prix du maïs soutenue par une forte demande et les inquiétudes liées à la sécheresse persistante au Brésil. Pourtant, l'Indice FAO des prix des céréales a atteint son plus haut niveau annuel depuis 2012 et a été en moyenne 27,2% plus élevé qu'en 2020. Selon la FAO, il s'agit d'une hausse de 44,1% pour le maïs, de 31,3% pour le blé, et d'une baisse de 4% pour le riz.

Par ailleurs, les prix des huiles végétales ont reculé de 3,3% en décembre, les cotations plus faibles pour l'huile de palme et l'huile de tournesol reflétant une demande d'importation mondiale modérée qui pourrait être liée aux préoccupations concernant l'impact de la hausse des cas de Covid-19.

Pour l'ensemble de l'année 2021, l'Indice FAO des prix des huiles végétales a atteint un sommet historique, augmentant de 65,8% par rapport à 2020.

De leur côté, les prix du sucre ont diminué de 3,1% par rapport à novembre, atteignant leur plus bas niveau sur cinq mois, reflétant les inquiétudes quant à l'impact possible du variant Omicron de la Covid19 sur la demande mondiale, ainsi que la faiblesse de la monnaie brésilienne (real) et la baisse des prix de l'éthanol. Pour l'ensemble de 2021, l'Indice FAO des prix du sucre a augmenté de 29,8% par rapport à l'année précédente, pour atteindre son plus haut niveau depuis 2016.

Dans le même temps, les prix de la viande sont restés globalement stables en décembre, mais sur l'ensemble de 2021, ils ont augmenté de 12,7% par rapport à 2020.

En outre, la FAO a constaté que l'inflation alimentaire dépasse les 20% sur un an pour toute une série de pays. Au Liban, confronté à une grave crise bancaire et économique qui a fait chuter la monnaie, la hausse des prix des produits alimentaires a atteint 226% en mai sur un an, selon le site Trading Economics. En Argentine, elle a été de près de 50%, sur un an, selon ce site, conduisant le gouvernement à suspendre à la mi-mai les exportations de viande bovine pour un mois. Au Nigeria, l'inflation, portée par une forte augmentation des prix des biens alimentaires, a fait basculer environ 7 millions de personnes de plus dans la pauvreté, selon la Banque mondiale.

Au Maroc, le taux d'inflation annuel a augmenté de 2,6% en novembre 2021, dans un contexte mondial caractérisé par la flambée des prix des matières premières, en particulier les produits alimentaires et les dérivés du pétrole. Le Haut Commissariat au plan a indiqué dernièrement que la hausse de l'inflation est due à l'augmentation des prix des denrées alimentaires de 2,8% et des produits non alimentaires de 2,4%. Sur une base mensuelle, le taux d'inflation a augmenté de 0,2% au cours du mois dernier, par rapport au mois d'octobre dernier.

L'augmentation mensuelle résulte d'une hausse des prix des produits alimentaires de 0,3% et d'une baisse des prix de ceux non alimentaires de 0,1%.

Abdolreza Abbassian n'a "pas l'impression que les pays soient mieux préparés qu'il y a dix ans à la volatilité des prix" de l'alimentation: "Les mêmes pays plus ou moins qui avaient été confrontés à des émeutes et à une instabilité politique peuvent se retrouver dans la même situation: se réveiller un matin avec des prix qui auront monté très rapidement." Cependant, la hausse des prix de la nourriture ne peut pas être désignée comme le facteur clé ou la cause principale du mécontentement comme il y a dix ans, note l'économiste en précisant que d'autres facteurs y en ont pour beaucoup, notamment ceux d'ordre politique. "Les pays riches doivent s'attendre à des soulèvements" dans certains pays, estime-t-il. Cela peut survenir en Afrique, en Amérique latine, en Asie. "Le mécontentement est très répandu", estime l'économiste interrogé par l'AFP.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X