Madagascar: Deux géants dans l' oubli

Manque de culture ou début de la maladie d'Alzheimer? On ne le sait. Toujours est-il que l'opinion s'est étonnée que leur disparition est presque inaperçue. Pourtant ils étaient des monuments dans leur domaine respectif.

La semaine passée a vu la disparition de deux monstres sacrés de l'entrepreneuriat et des sports, du football en particulier. C'est triste et révoltant de voir qu'ils n'ont pas eu droit aux honneurs de la République alors que des moins méritants qu'eux ont fait l'objets d'hommages grandiloquents. Eh oui, Seth Ranohisoa était un géant, au propre qu'au figuré, de l'entrepreneuriat. Avec le regretté Charles Andriantsitohaina, il constituait la fine fleur de l'entrepreneuriat national. Il a commencé au bas de l'échelle pour finir au sommet de la pyramide. Un parcours exceptionnel au cours duquel Seth Ranohisoa était toujours un entrepreneur de l'avant-garde. Il était parmi les premiers à s'installer à Ankorondrano alors quartier tout neuf. Sa société y est toujours, ses fils ayant repris le flambeau.

Il était le concessionnaire de la marque Isuzu à une époque où le secteur privé était mal en point en pleine révolution socialiste. Un véritable exploit à l'époque où les grands concessionnaires des marques européennes étaient dans la dèche.

Le parcours de Seth Ranohisoa reste un exemple édifiant pour la génération future.

L'ancienne star du football Alban Rabemananjara a également décédé presque dans l'indifférence générale en particulier des autorités. Malade depuis plusieurs jours, il a lancé un SOS qui n'a eu aucun écho au niveau des autorités. Pourtant, Alban a consacré toute sa vie au football en même temps que ses frères Kiki et Sosthene. Le stade de Mahajanga porte le nom de leur père.

C'est un phénomène comme il en existe rarement. Un artiste, un magicien, un prestidigitateur. À l'image d'une génération en or qui n'a jamais pu se qualifier pour la CAN, Alban n'en reste pas moins une icône, un Dieu du stade. Il est à lui tout seul un spectacle. Il est l'idole de tout le stade, de tout le pays. Le tandem avec son frère Kiki est légendaire. Ils ont martyrisé plusieurs équipes africaines.

Seth Ranohisoa et Alban Rabemananjara constituent des références, idoles des jeunes à l'époque. Une espèce en voie de disparition. Le pays n'a plus de modèle, de références, de stars qui font rêver et qui font la fierté du pays et de sa population à l'image des Barea qui n'ont chanté hélas qu'un seul été. Pourtant il en faut pour que le pays émerge, pour combattre la médiocratie, pour lutter contre la pauvreté et l'ignorance.

Du travail en somme, beaucoup de travail.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X