Madagascar: Réformes - Les employés d'Air Madagascar poussés vers la sortie

Air Madagascar

Dix-huit jours pour faire leurs bagages. Les salariés d'Air Madagascar et de Tsaradia ont jusqu'au 31 janvier, à compter du 13 janvier pour déposer leurs lettres de démission. Ils ont été notifiés par le Syndic, une des entités qui gèrent l'intérêt de la compagnie nationale aérienne, depuis sa mise en redressement judiciaire le 14 octobre 2021.

Beaucoup parmi les concernés, sept cents pour Air Madagascar et deux cent cinquante pour Tsaradia, souhaitent en finir une bonne fois pour toute, mais attendent la clarification sur leurs droits sociaux avant de passer par-delà l'hublot. Roberto Tinoka Raharoarilala, ministre des Transports et de la météorologie a évoqué " une compression du personnel à visage humain ".

Cafouillis indescriptible

Il a souligné " que le programme Fihariana avec ses multiples variantes, et la Société nationale de participation, Sonapar, instaurent déjà des bouées de sauvetage financières pour accompagner ceux qui ont choisi le départ volontaire dans leurs reconversions professionnelles futures ".

Selon lui, sur les 1 014 employés, et par rapport au nombre des appareils de la flotte d'Air Madagascar, " six cents personnes suffiraient à faire fonctionner l'entreprise sur la base de cent vingt au plus pour un appareil, suivant les normes internationales en la matière".

Il est aussi attendu la Conférence des créanciers d'Air Madagascar. Avec une dette estimée à 80 millions de dollars. Suivant l'apurement collectif du passif, décidé en Conseil des ministres. Rinah Rakotomanga, vice-présidente du Conseil d'administration d'Air Madagascar parle d'un " cafouillis indescriptible. L'assainissement de la gestion d'Air Madagascar s'impose. Savez-vous qu'elle travaille avec sept cents fournisseurs " a-t-elle révélé. Avec la disparition d'Air Madagascar, les nostalgiques de la belle époque, ont été frappés par un autre deuil. Cette fois-ci, émotionnel.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X